• Favoris

    5
  • Vues

    1295
Bibimat

Mathieu Grenier-Boucher (Bibimat)
Rédacteur en chef

Classé dans Poésie
Voir plus de textes de Bibimat

Date de création :
le 14 octobre 2012, à 20:26

Dernière validation :
le 20 octobre 2012, à 16:35

Elle, est encore là.

Elle, est encore là.
Je la vois.
En tout cas,
Elle, est demeurée totalement intacte.
Je ne sais pas si je suis triste à l’idée de la retrouver intacte,
Ou content qu’Elle, ne soit pas encore disparue.
Peut-être devrais-je espérer qu’Elle, ne disparaisse à jamais,
Si rien ne venait à lui changer.
Il ne suffisait que de leur dire,
Certains l’auront fait,
Mais ils n’écoutaient pas.
Ne voulant pas comprendre,
Ils ont continué à grandir sur un sol tremblant.
Dès le tout début ils étaient voués à ce qu’ils sont devenus.
Mais c’est aujourd’hui qu’ils devront comprendre,
Comprendre qu’il faut changer et dessiner les plans du futur,
Ce sera le futur qui réparera les erreurs des anciens.
Écoute.
Imagines ce que nous sommes,
Ce que nous avons toujours été,
Et ce que nous demeurerons à jamais.
Pourras-tu seulement ensuite dessiner de nouveaux horizons ?
Pas pour toi,
Pour nous et tous les autres.
Écoute,
Ce qu’Elle, a à te dire :

  • J’étais assise juste ici, près de toi, comme à mon habitude,
  • Tu me regardais avec un air désespéré, comme si tout allait mal, comme si cela était irréversible,
    • Elle, ne savait pas, c’était encore loin.
  • Nous ne faisions plus qu’attendre la fin, notre fin,
  • Vous essayiez tout de même de vous débattre, de vous en sauver,
  • Ils saignaient,
  • J’avais mal,
  • Tu avais ton histoire,
    • Elle, continuait son chemin, innocente.
  • Nous étions remplis de bons et de mauvais,
  • Vous étiez sourd,
  • Ils n’écoutaient pas,
  • Je faisais comme bon me semblais,
  • Tu t’étais pourtant fait avertir,
    • Elle, ne savait pas, c’était encore loin.
  • Nous continuions d’avancer, la route se terminait bientôt,
  • Vous aviez un destin lumineux,
  • Ils étaient sombres comme la nuit,
  • Je n’avais pas de but précis,
  • Tu n’étais plus comme avant,
    • Elle, continuait son chemin, innocente.
  • Nous regardions droit devant,
  • Vous vous souvenez d’avant,
  • Ils n’en pouvaient plus,
  • Je m’endormais,
  • Tu tirais à ta fin,

Comprends-tu ce qu’Elle, vivait à l’époque,
Comprends-tu qu’aujourd’hui Elle, n’a pas changé,
Notre amie qui est toujours restée près de nous,
Notre ennemie, qui nous a toujours guetté.
  • Elle, le sait, cela est pour bientôt.
  • Nous avons froid,
  • Vous vous recroquevillez sur vous-même,
  • Ils profitent des autres,
  • Je possède une intelligence de génie,
  • Tu veux dominer,
    • Elle, continue tout de même de s’en foutre.
  • Nous ne voulons pas tomber,
  • Vous voulez résister,
  • Ils ne sont pas aimés de tous,
  • Je suis mon instinct,
  • Tu es faible,
    • Elle, le sait, cela est pour bientôt.
  • Nous avons peur,
  • Vous êtes petits,
  • Ils ne veulent rien comprendre,
  • Je ne veux pas vous quitter,
  • Tu t’en vas petit à petit,
    • Elle, continue tout de même de s’en foutre.
  • Nous avons pleins de dettes,
  • Vous essayez de vous cacher,
  • Ils veulent partir,
  • Je veux exister,
  • Tu ne veux pas disparaître,
    • Elle, le sait, cela est pour bientôt.
  • Nous somme monstrueux,
  • Vous grandissez sur des fondements instables,
  • Ils sont répugnants,
    • Elle, le sait, cela est pour bientôt.
    • Elle, continue tout de même de s’en foutre.
Il s’est passé de nombreuses années entre sa naissance et aujourd’hui.
Pourtant je ne sens pas que ses idéaux changent,
Elle, est demeurée sauvage et peureuse,
Faible et destructrice.
J’attends toujours,
Son évolution,
L’évolution de ses idées.
Qu’Elle, fasse bonne usage de son histoire,
Au lieu de la répété encore et encore.
Les géants n’écoutent pas les petits,
Et continuent de grandir,
Ne réfléchissant pas,
Ne pensant qu’à eux-mêmes.
As-tu seulement écouté mon histoire,
Celle de nous tous,
Par laquelle nous sommes tous réunis.
Il s’est passé de nombreuses heures depuis le début de son histoire,
Elle, est toujours la même,
Aidons-la pour une fois,
Donnons-lui un coup de mains,
Dans le but de lui donner de nouveaux idéaux,
Et d’effacer ses préjugés actuels,
Afin que tous puissions penser d’une même manière.
Sans blague,
Ceux qui s’en foutent seront déclarés ennemi,
De mon amie, Elle, l’humanité.
Elle, est encore là.

Commentaires
1262

Withkind, le 11 octobre 2014, à 06:36 :

Tout simplement superbe ce texte, une réflexion enivrante nous gardent en halène tout au long de la lecture.
Bravo Bibimat !
J´attend impatiemment d´autres créations de ta plume ;-)


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo