• Favoris

    0
  • Vues

    124
Jules

Jules
Nouvel écrivain

Classé dans Autre
Voir plus de textes de Jules

Date de création :
le 4 février 2018, à 04:18

Dernière validation :
le 7 juin 2018, à 18:54

Inondations

Récit d’inondation
Il est à la fois terrifiant et fascinant ce phénomène. La ville sombre sous les eaux, les eaux crasseuses de la Seine et de ses disciples. Elles envahissent les terres et saccagent les maisons. Elles ont le pouvoir de remplir le vide immense qu’est devenu l’existence humaine. La scène est chaotique, désastreuse et la pluie ne cesse, accompagnée d’un ciel terne et menaçant. C’est comme une incarnation naturelle du pessimisme de l’esprit, de la profondeur et de l’éternité du vide qui s’est glissé dans la conscience universelle. La montée des eaux est également porteuse d’un message, un message auquel il faut être éveillé : faites attention, les choses disparaissent, s’enfuient. Soyez conscients, considérez ce message car la foudre frappe là où on s’y attend le moins. Les inondations sont fracassantes mais tout en subtilité. Il est très ardu d’observer l’eau grimper sur les quais au même titre qu’il est quasiment impossible de saisir le processus du changement au moment même où il se produit. Ce n’est que demain que l’on voit que rien de ce qui constituait le présent d’hier n’est resté figé. Le niveau de l’eau varie sans cesse, mais cela nécessiterait un effort de patience et d’observation presque sur humain que de le constater en temps réel. On préfère se dire que les choses sont catastrophiques et irrémédiables d’un ton ahuri plutôt que de les intérioriser afin d’apprendre d’elles, à notre manière.
L’homme d’aujourd’hui n’est rien d’autre qu’un animal qui espère, l’espérance n’est rien d’autre qu’un fruit moteur, moisi et issu d’un idéal collectif toxique à la véritable jouissance. Le principal espoir que chaque homme porte en lui est l’espoir d’être compris. Il existe des barrières entre les hommes, celles de l’esprit. L’unicité de l’esprit est divine et complexe mais également source de solitude. Parfois, les esprits de deux êtres composent ensembles une mesure musicale harmonique et significative. Cependant, la musique est plus que tout autre chose emprisonnée par le temps qui finira par aboutir la mesure et rétablir la frontière spirituelle entre les hommes. Le temps est gardien de tout mais prend un plaisir vicieux à entretenir la solitude (dans son objectivité la plus totale) qui, avec l’impermanence des choses constituent les seules réalités. Heureusement, le monde n’est pas réalités mais croyances. Ainsi, les esprits les plus simplement constitués parviennent à se rassembler corps et âmes sur la durée au nom de la foi (qui ne trouve pas uniquement sa nature dans la religion). Evidemment réduire le sentiment de compréhension à une faiblesse intellectuelle serait grossier. Il faut donc aussi admettre que dans certains cas, la passion mutuelle des individus entre eux s’explique par une évolution hasardeuse mais identique et qu’en conséquence, leurs relations sont basées sur une perpétuelle redécouverte. Enfin, le sentiment de compréhension lorsqu’il dure peut émaner d’une mémoire commune fictive ou non. Dans ce cas, même si la passion s’atténue, la force du souvenir perdure et l’efficacité de l’auto persuasion sert de contre-poids.
La souffrance de l’homme moderne trouve son origine dans l’idée de vibration et d’intensité. La sagesse a été balayée par la folie de la passion et le désir insatiable de cumuler des expériences et de ressentir les illusions d’une réalité présente, donnant faussement sens au néant de l’existence.
Les inondations reposent l’esprit, le troublent. Le temps est suspendu face à un tel spectacle. Un sentiment de lourdeur flotte, l’absurdité remplace pendant un temps l’illusion.

Paris le 30/01/2018

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo