• Favoris

    0
  • Vues

    605
Amy_ral

Amy_ral
Écrivaillon

Classé dans Autre
Voir plus de textes de Amy_ral

Date de création :
le 2 septembre 2016, à 11:22

Dernière validation :
le 8 janvier 2017, à 12:07

A cette année là


Un lit. Deux personnes. Nos mains qui se rapprochent. Nos corps qui se tournent l'un vers l'autre. Nos coeurs qui s'accélèrent et nos souffle qui s'entremêlent.
Puis là c'est l'apothéose, le clou du spectacle, tout éclate. Nos lèvres se touchent, nos corps s'enroulent et l'explosion de sensation naît. L'intensité du moment englobe le monde entier, on oublie le temps, le contexte. On se laisse aller à ce bonheur léger qui émane de notre union.

La nuit avance et finalement on s'endort. On se laisse aller dans un sommeil serein.
Au réveil le manque d'expérience prend le dessus. On ne sait si nous devons nous embrassé ou non. De manière pudique on se regarde, se dit bonjour. On profite de la journée ensemble, mais sans se toucher. On se porte de l'attention différemment. Tu me presse un jus d'orange,m'ouvres la porte quand je sors de la voiture, j'enlève les brindilles dans tes cheveux. On échange des regards avec des sourires en coin. On ne sait pas où on va, mais à dire vrai on s'en préoccupe peu. On profite de chaque jour sans savoir où chacun d'eux nous mène.
On apprend à se connaître, on comprend qui nous sommes vraiment. Et je découvre des facettes de toi que j'ignorais. Ta faculté à t'endormir partout, ton envie intemporel de regarder film ou série en tout genre, tes capacités sportives, tes motivations infaillibles,...
J'aime la personne que tu es et je m'en rends compte au fur et à mesure que le temps.

Puis arrive les soirées. On se retrouve à faire un cache cache dans un village. On rigole beaucoup. A cause de moi on se fait prendre... Mon agilité légendaire aura bloqué tes idées de génie ! Qu'importe, c'était une soirée magique. On rentre chez toi en vélo et en skate.

Deux semaines s'écoulent et tu pars au bafa. Incroyable mais vrai, je me dis que quand tu rentreras nous serons surement ensemble !C'était sans savoir que suite à tes deux semaines de bafa tu partais trois semaines en Egypte.
Je commence à perdre espoir. Puis, je reçois des messages de ta part. Mon coeur s'affole. Tu veux me voir en rentrant. Tu arrives un dimanche très tard, viens me voir le lundi. Je coiffe tant bien que mal ma tignasse et me dis que cette fois ça y est. Quand je te vois je t'embrasse. Je sors dans la rue et marche vers notre point de rendez-vous. Tu me fais la bise dès que j'arrive, je n'ai pas le temps de réagir. Je sens une boule se former dans mon ventre et lui crie de se taire. Je te regarde et vois tes yeux soucieux. La raison de ton innatention est simple. Tu as abimé la voiture de ta mère en venant ici. Tu n'as pas la tête à "ça". Je te remonte le moral comme je peux et te conseille de les prévenir directement.
Finalement cette histoire s'arrange. On profite des vacances, comme avant. Notre complicité s'est agrandit.
Un soir, alors qu'on allait dormir, tu m'embrasses. Je t'arrête et te demande ce qu'il se passe entre nous. Je pars à Strasbourg à la rentrée, j'ai besoin de savoir. Prit au dépourvu tu me dis des réponses peu précises. Gênée par la situation je te dis tout l'inverse de ce que je voulais dire. Je prononce des phrases tel que "tu sais, je veux pas m'embêter l'année prochaine" ou encore "je veux profiter à fond". Tandis que les mots qui voulaient sortir étaient "je pars à Strasbourg l'année prochaine, mais je veux rester avec toi" ou encore "je suis sure qu'on pourra quand même profiter". Bref, on passe la nuit ensemble. On s'endort.

Puis tu pars. Encore. Cette fois-ci c'est Nancy. J'appelle un ami un soir, je lui explique ce que je t'ai raconté. Que ça n'était pas ce que je voulais dire. Il me dit de t'appeler, directement. Il me dit que c'est à toi que je dois dire ça.
Alors je prends mon courage à deux mains ! Je fais quelque chose que je ne me serais jamais cru capable de faire. Je t'appelle et te dis tout ce que j'en pense. Que je veux essayer. Que tu en vaux la peine. Que je sais qu'on pourrait vivre quelque chose de beau. Avec ton élocution bien connue tu me réponds "ok, moi ça me va". Mais je ne me vexe pas, je te connais maintenant. Je sais que venant de toi ces mots signifient beaucoup.

Et l'histoire se lance. Je pourrais raconter chaque épisode en détail mais il me faudrait des centaines de page.

Rapidement mon anniversaire arrive. Tu te ligues avec ma meilleure amie pour me faire passer une soirée extraordinaire. Je t'avais parlé de mon souhait d'avoir un snowboard. Et tu me l'offres. Plus loin que le prix, plus loin que le fait qu'il est magnifique, tu t'en es rappelé. Et mon coeur se serre, je reste bouche bée. Les mots me manquent. C'est la première fois que je reçois un si beau cadeau. Et il provient d'une personne que j'aime si fort...

Puis c'est le tour de nos premières vacances arrivent. Center parc ! Avec ta famille en plus. Je crois qu'on avait jamais autant rigolé. On s'amuse de tout et de rien. On se cache, on court, on se cherche,... On va à la piscine, dans le sauna, le hammam,... On se cale pour parler sur la terrasse. On se met dans le canapé et on fait des signes avec ton cousin sur les photos. On se lie et se relie, on s'aime et on continue à découvrir à quel point on se complète.
A la fin de ces vacances le retour à la réalité est difficile !

Heureusement avant ça, j'organise une soirée pour mon anniversaire. Et là encore je tombe un plus amoureuse de toi. Tu as organisé avec mes amis la collecte pour un cadeau. Un cadeau que je tiens entre les mains et que j'utilise chaque jour. La pensée une fois de plus me touche. Et je ne réalise pas à quel point tu tiens à moi. Enfin si, mais j'ai du mal à y croire. Plus le temps passe, plus j'ai la sensation d'être une princesse avec toi. Tout est plus simple, tout est plus beau, et voilà encore une nuit que je passe dans tes bras.

Le quotidien reprend son cours. La neige arrive enfin. Tu m'emmènes au Markstein pour me donner mon premier cours de snow. Je souffre de partout. C'était une mauvaise idée ! On a bien rigolé mais de gros bleus tronent sur mon corps à présent. Je commence à avoir peur de faire du snowboard.

Les vacances arrivent et nous partons à Tignes. C'est juste après Noël et dans la voiture il y a mes cadeaux. Tu m'as offert un tour de cou et des chaussettes. Le roi des jolies attentions c'est bien toi. J'ai tout le temps froid à la gorge, et mes chaussettes sont toutes trouées. Tu me prouves une fois de plus à quel point tu tiens à moi.

On va chercher tes copains et c'est parti ! Tu me fais plonger dans ton univers. On part à quatre et on rigole beaucoup. Rien que le trajet est sympa, alors les vacances s'annoncent incroyable ! Comme prévu tout se passe bien. Je prends des cours de snow avec un prof pendant que vous allez profiter sur les pistes ! Je progresse un peu. Je finis par tenir sur la planche. De fait, je vous rejoins les derniers jours ! Bien sur vous devez m'attendre, et je passe beaucoup de temps à suivre les traces d'Ophélie. Ca me rassure et m'aide à me projeter, chose que je ne maîtrise pas encore pleinement.
C'est aussi l'occasion de notre première déclaration d'amour. En effet, c'est durant ces vacances qu'on passe notre première soirée à se dire à quel point on s'aime.
Une fois de plus le retour à la vie courante sera difficile.

Ce retour arrive et je débute mon stage. J'ai aussi trouvé un job le samedi grâce à un très bon ami. Du coup on se voit le week-end et encore.. Pas complètement. Au moins on ne se marche pas dessus et on a du temps à nous. Une intimité certaine.

Le plus dur est à venir. Un soir tout bascule et je me retrouve dans une situation ingérable. Ma meilleure amie ne décroche pas alors je t'appelle toi. Je te demande si tu es occupé tu me dis que tu regardes un film avec ta soeur. Je ne veux pas te déranger du coup je te dis qu'il n'y a aucun problème et que tout va bien. Tu sors de la pièce où tu étais et me demande ce qu'il se passe. Je ne résiste pas. Je fonds en larme. Je te dis que j'ai un gros problème. Tu viens me chercher en voiture et notre histoire prend un tournant. Je reste un certain temps chez toi. Tu sacrifies ton intimité pour moi. Je saisis plus que jamais à quel point tu m'aimes. Et je me rends compte que tout ce que je ressens pour toi n'a pas besoin d'être dissimulé. On passe notre quotidien ensemble pendant à peu près deux mois. Deux très joli mois. On se rend compte qu'on se motive à travailler. Que quand on est ensemble on a aucun soucis. On découvre d'autres facette de nos personnalités. On se connait mieux que jamais.

On passe tout l'hiver à aller faire du snow ensemble. La Schlucht, La Bresse, le Markstein, le Lac Blanc,... Tous les dimanches on ne fait que ça. Suivi d'un Mcdo à Munster. J'aime bien nos rituels. Dimanche matin on se lève super tôt pour être sur les pistes dès l'ouverture ! Et on s'amuse.
On fait aussi une snow rando. Puis tu me booste pour que je me lance dans les snowpark. Je fais des sauts de bébés mais je suis contente. Tu me prends en photo devant la première barre sur laquelle je glisse. Moi je te prends en photo sur tous les trucs impressionnants que tu fais.
Un matin, le snowpark était fermé. Tu as demandé la pelle pour pouvoir le dégelé. Je n'y croyais pas mais tu l'as fais. Je me suis rendue compte que quand tu voulais quelque chose tu donnais vraiment tout pour l'avoir. L'effort ne t'effrayait pas.

Les jours s'accumulent et je ne peux plus me passer de toi. Le beau temps revient. Une petit déception que l'hiver soit fini mais maintenant tu m'emmènes faire du vélo. Pour toi c'est des mini ballades, pour moi c'est du sport. On s'amuse bien et je suis contente de partager ça avec toi. On vit de belles choses ensemble. Et je crois pouvoir dire qu'on va bien ensemble aussi...

Le fait que j'aille vivre dans une chambre à Strasbourg ne nous éloigne pas, bien au contraire. On reprend un autre rythme et ce n'est pas plus mal. Car, si tu as ton bac (et moi je sais déjà que tu l'auras), tu vas partir à Thônes. Je suis contente pour toi même si ça m'effraie un peu. Le bac approche et je t'aide comme je peux à réviser la philo. Tu passes ton temps à bosser et moi je te regarde tout donner pour atteindre tes objectifs, une fois de plus. Ce me donne foi en l'année prochaine. Je sais que quand tu veux quelque chose tu fais tout pour le garder. Donc si tu me veux, tu feras tout pour entretenir notre amour.

Le bac arrive et tu l'as. Direction les eurockéennes ! Encore des expériences incroyables. On profite à fond des concerts. Durant l'été on campe plusieurs fois dans ton jardin. On part aussi une nuit au Lac Blanc faire un camping sauvage. En même temps tu prends des photos de nuit et m'apprends quelques "basiques" à ce sujet. Comment faire des photos de nuit sans flash et autre. Je regarde les étoiles pendant que tu bombardes le lac avec ton appareil photo. Il y a des gens qui font la même chose que toi juste à côté de nous. Moi je regarde le ciel. Ou bien je te regarde toi. Je tente aussi de prendre quelques photos sous ton regard. Tu as souvent rigolé de la manière dont je prenais les photos mais au final je m'améliore avec le temps et tes conseils ! On finit par aller déposer la tente et s'endormir tout doucement.

On fête nos un an ! Tu m'emmènes faire du wakeboard. Encore une fabuleuse expérience. Je me débrouille pas mal, mais toujours moins bien que toi ! On va ensuite s'allonger sur l'herbe autour du lac et on fait une petite sieste. Ton amour pour le sommeil lui aussi reste intacte avec le temps. Et j'aime ça.
On retourne faire du wakeboard le samedi et on s'amuse beaucoup.

Puis c'est parti. Comme l'année dernière tu pars faire ton bafa puis en Egypte. Et moi je pense à toi et je t'aime plus que tout. Tout se passe bien. On s'envoie des mots d'amour. Je perçois que tu es fatigué.. Mais tu m'envoies des photos de toi, de ce que tu fais, de ta vie ! Et, à vrai dire, je souris chaque fois que je reçois une photo.

Tu rentres. Enfin ! On profite de la dernière semaine que nous avons ensemble. Après tu pars en étude supérieur. Tu dois te rendre à Nancy passer un entretien pour un stage et voir la gardienne de quand tu étais petit. Je viens avec toi et découvre encore une autre facette de toi. Tu réussis ton entretien et on profite ensemble. Sur le retour on s'arrête à Strasbourg puis on rentre chez toi. On profite encore ensemble le lendemain, puis le soir on se dit au revoir. Tu pars à Thônes. Je m'étais promise de ne pas pleurer, mais je fonds en larme. Je t'aime et j'ai l'impression qu'un bout de mon coeur s'en va avec toi. Je te sers fort contre moi, me concentre sur ton étreinte. Je suis avec mes doigts les contours de ton visage. Comme je l'ai toujours fais depuis le début. Mais cette fois je sais que c'est la dernière fois pour un moment. Je t'aime, je t'aime, je t'aime. Une part de moi s'en va, et je crois bien qu'il s'agit d'une des plus belles. Une des plus fortes aussi.

En lisant ce texte tu diras que j'ai sauté les épisodes où on se prenait la tête, mais je n'ai cité que les grandes lignes. Celles qui comptent vraiment. Je n'ai pas non plus écris toutes nos identifications facebook, la vidéo avec l'enfant "sushi", les gifs, les smileys, les surnoms,... Je n'ai pas parlé de tout nos beaux moments ! Quand on allait au KFC, quand on se faisait des plateaux télé, quand tu as mangé des sushis pour me faire plaisir,... Tous nos cinémas, nos squattes avec nos amis, nos attentions du quotidien aussi. La fois où je t'ai dis que je voulais devenir végétarienne et que tu m'as emmené au restaurant; "La Boucherie". De ton anniversaire où on est allé au restaurant avec ta famille (je te ferais un truc grandiose pour tes vingt ans. Crois moi. Je n'ai pas parlé de nos millions de photos trop jolies, de nos heures à trainer sur ta terrasse, de nos snaps bisous,... J'ai raconté une partie des événements marquant, ceux qui m'encourage à me dire que je peux t'aimer sans avoir peur que quoi que ce soit arrive

Commentaires
1364

Matthias Køhler, le 21 février 2017, à 00:22 :

Joli texte ^^ très touchant bravo


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo