• Favoris

    0
  • Vues

    546
Camchenille

Camchenille
Nouvel écrivain

Classé dans Poésie
Voir plus de textes de Camchenille

Date de création :
le 25 juillet 2016, à 21:18

Dernière validation :
le 31 octobre 2016, à 12:38

18 novembre 2015

Passage de la porte. Froid. Chemins. Herbe. Feuilles mortes. Camarades au loin. Soleil. Barrière. Arbres. Jaune. Rouge.

C comme ces chemins effacés, ces feuilles froissées, ces frissons s’assemblant aux froncements de sourcils. Sur ce seuil cesse d’essayer de te soustraire, suis sans souci cette conscience qui te conseille et glisse insoucieux vers l’ascendance de ce à quoi tu aspires.

H cheptel cache toi, sache que ta chevelure se charge en prévision de la blanche saison, échappe toi chez toi et laisse toi charmer par l’hibernation.

E adieux camaïeux de feu, jeux joyeux et piteuses meutes. Trace de pneu peu à peu enseveli tel que les avenues boueuses, noueuses au creux des étendues herbeuse.

R Quel effroi ce froid foudroyant et agressif qui me fait frissonner. Je marche droit, adroit de mes pas, croyant pouvoir mouvoir et accroitre ce couloir noir où mes idées sont confinées.

I comme les fines barres de la barricade qui dessinent des verticales quadrillant le parc. Derrière, la digne piste de pique nique en guise d’hymne mythique de ce site.

O Trop tôt l’automne ôte aux aulnes leurs robes jaunes, et les abandonne sans leurs oripeaux, à leurs pauvres peaux.

U Un préambule de brume sublime une étendue, attendue et entendue s’étalant à perte de vue. C’est le début de ce pâturage où plusieurs élèves assidus et confondus, scrute la vue de leur étude, la juge et la mesure.

X, suffixe du phénix que l’hiver rend prolixe et le printemps exquis.

Je me promène dans ce parc en quête d’inspiration, mon imagination reste muette devant le tableau de l’hiver venant, et par la forme je voudrai sublimer ma vision trop banale de la réalité.

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo