• Favoris

    0
  • Vues

    890
Bernyberne

Bernyberne
Habitué des lettres

Classé dans Poésie
Voir plus de textes de Bernyberne

Date de création :
le 11 décembre 2015, à 11:34

Dernière validation :
le 16 décembre 2015, à 18:45

Portrait d'une nature morte contemporaine.

"Ah, faîtes moi feuille de rose
Prenez en pitié mon aveu
C'est une langue que je veux
C'est mon cul que je vous propose."

G. Apollinaire



Il était une fois, cette créature aux idées pleines d'effroi.
Elle n'était ni belle, ni vilaine,
Pour vrai dire, cigarette se faisait son haleine,
Et son regard, perçant, reflétait sa haine.

Mais dès que de soleil s'annonçait le jour,
Feux montant, joues empourpres,
Commissures relevées, fée de jovialité.
S'attendrissait le monde, que son bonheur contagiait.

Passaient les années, et créature se faisait poupée.
Porcelaine car fragile elle était.
Mais de pierre sa parure était faite,
Mots tranchants, ironie feignant l'humour, elle se défendait.

Mais d'amour elle était faite pourtant,
Les blessures ne s'arrangeant point avec le temps.

S'adonnait-elle à ces jeux que ses airs,
Plaisants, lui permettait alors.
Et butinée fût la fleur qui venait d'éclore.

Elle ne souriait presque plus,
Car la joie la quittait.
Ainsi que tout désirs,
Car celui des autres suffisait.

Le temps suivait son cours,
Et dans son fort intérieur elle se fanait.
Faite d'amour elle était, mais jamais n'en recevait.

Poupée de grâce,
Ne tombez point en disgrâce, je vous prie.
Votre prince charmant est en route,
Et de vous il est épris.

"Tout vient à temps à qui sait attendre" dit-on
Accordons-nous encore mérites à de tels dictons?

Hommages à la nature, car sombre est le monde.
Hommages à la poésie, car insensible est la prose.

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo