• Favoris

    0
  • Vues

    728
Olipa

Olipa
Écrivaillon

Classé dans Essai
Voir plus de textes de Olipa

Date de création :
le 3 décembre 2015, à 16:14

Dernière validation :
le 8 décembre 2015, à 08:09

Je suis celle

J’aurai aimé être une femme forte, une femme dont personne ne doute, même pas elle-même. J’aurai voulu être le genre de personne sur qui tout le monde se repose et qui aborde les problèmes avec beaucoup de diplomatie, qui trouve une solution à tout. J’aurai aimé être ce genre de femme qui ne pleure pas pour un oui ou pour un non. Celle dont les épaules sont solides et ne s’effondrent pas à la moindre pression. J’aurai aimé être le genre de femme qui applique les conseils qu’elle donne, à elle-même et non pas une qui répète à tue-tête « faites ce que je dis, pas ce que je fais ». Être la femme qui ose réaliser ses rêves, vivre les choses intensément sans se soucier des conséquences. Être celle dont on se souvient avec envie, voir même un peu d’admiration.
J’essaye de devenir cette femme mais sans succès. Ce n’est pas moi.

Moi je suis cette fille fragile qui a finit par avoir les épaules tombantes à force des évènements. Je suis la fille qui n’aime pas son reflet dans le miroir. Je suis cette fille qui a entièrement vouée sa vie à celle des autres et qui, aujourd’hui, se rend comte qu’elle a mis ses rêves et ses projets entre parenthèse. Le reflet que je vois dans le miroir ne me correspond pas. J’ai des rêves d’aventures, de voyages et d’amour et paradoxalement j’ai une vie monotone, enfermée dans une routine et sans amour.
Je suis celle qui a entendu plus que de raisons : « Ce n’est pas toi, c’est moi. Tu n’as rien à te reprocher. » Mais si je n’avais vraiment rien à me reprocher, je ne serais pas à seule.
Je suis la fille trop gentille dont les gens abusent et se servent à volonté. Je suis la fille un peu naïve qui se laisse embarquer de belle parole et qui se remplit vite d’espoir. Je suis de celles qui finissent au fond du trou et qui mettent du temps pour en sortir. Je suis la fille qui a de beaux et grands projets mais trop peu de courage, d’audace que pour les réaliser.
Je suis la bonne copine, celle qui épaule, à qui on raconte ses problèmes mais qu’on oublie une fois les problèmes réglés. Celle sur qui tout le monde peut compter mais qui peut compter sur pas grand monde.

Je suis la fille rêveuse qui croit encore au prince charmant, qui croit toujours au mariage mais qui s’est faites à l’idée que ça n’était pas pour elle mais pour les autres. Celle qui a été blessée en amour comme en amitié un peu trop souvent. Celle qui n’a pas l’audace de dire « reste, ne t’en vas pas ».

Je suis celle qui l’a laissé partir sans rien dire alors que j’aurais du essayer de le retenir.
Je suis de celle convaincue que l’expression : « qui ne tente rien, n’a rien » est vrai. Mais qui ne tente quand même rien. Je suis la fille trop gentille qui fait passer le bonheur des autres avant le sien.

Commentaires
1339

Olipa, le 12 décembre 2015, à 16:43 :

Merci beaucoup.
J'espère que tu as raison.

1336

Douj, le 12 décembre 2015, à 12:13 :

J'aime beaucoup ton texte. Trouve ton chemin. Je reste persuadé qu'un jour on te rendra tout le bonheur que tu as apporté autour de toi. Au plaisir de te lire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo