• Favoris

    0
  • Vues

    680
Wandering Star

Wandering Star
Écrivaillon

Classé dans Nouvelle
Voir plus de textes de Wandering Star

Date de création :
le 5 novembre 2015, à 18:06

Dernière validation :
le 14 novembre 2015, à 06:26

Toxique.

Non, je ne suis pas comme toi, maman. Je ne veux pas être comme toi. J’ai toujours détesté tes jugements hâtifs, tes phrases toutes faites, la façon que tu as de tout ramener à toi et de tourner les choses en ta faveur. Et je me fiche de tes histoires, maman, je ne veux pas savoir ce qui se passe dans ta vie depuis que papa t’a quittée. Ou dans celle de tes amis, que je ne connais même pas.

La vérité, maman, c’est que si je suis partie, c’est en grande partie à cause de toi. Tu essayais de m’étouffer comme tu l’as fait avec mon frère, m’entourant comme un brouillard nocif mais tu vois, je ne suis pas de celles qui se laissent enfermer.

Je suis de celles qui fuient, bien trop enfermée dans ma propre angoisse latente, je me suis détachée de toi. Comme si la distance physique pouvait renforcer la distance émotionnelle, comme si j’avais besoin de plusieurs centaines de kilomètres d’espace personnel.

Ta pseudo fierté m’étouffe, je sais que ce n’est qu’un moyen d’essayer encore de me contrôler. Je ne suis pas prête, maman, pas prête à sentir ton souffle dans ma nuque et tes commentaires sur le moindre de mes faits et gestes, d’avoir à appréhender tes trajectoires pour que tu ne me frôles pas. Si j’ai changé mon nom, c’est parce que j’abhorre celui que tu m’as donné, et la personne que tu as essayé de me faire devenir.

Tu m’as retiré mes armes, j’ai donc fait une armure de mes cicatrices – et c’est ta faute, maman, si je ne peux pas sortir comme le font ceux de mon âge. Ou même leur parler. Et je voudrais tellement t’abandonner parfois, ne pas répondre à tes messages, disparaître encore plus loin et tu me croirais morte, maman. Tu as été tellement contre moi que je ne supporte pas ton approbation. Tout ce que j’ai pu entreprendre a été une réaction au son toxique de ta voix, et rien qu’à l’idée j’ai l’impression qu’une pierre trop lourde à porter tombe dans mon estomac. Je me durcis quand je me retrouve à penser à toi – et il m’arrive de m’horrifier quand mon propre rire me fait penser au tien.

Arrête de prétendre que je suis comme toi, maman, j’ai mis tant de temps à apprendre à vivre avec moi-même et je te déteste tellement.

Commentaires
1342

Wandering Star, le 1 janvier 2016, à 20:24 :

Hi Pepito!

Merci bien pour ton commentaire, et pour avoir pris la peine de me lire :) Je sais que j'ai mis des plombes à répondre et je te prie de m'excuser !
En réponse aux chipotages (la meilleure façon d'aider quelqu'un à s'améliorer !) ce texte est une description d'événements bien après qu'ils aient eu lieu. Le choix du présent peut porter à confusion, mais c'est juste un choix de facilité : je ne suis pas à l'aise au passé, je trouve que ça manque de dynamisme. Du coup oui, reconnaître une "angoisse latente" n'a pas de sens si l'on prend le texte dans sa forme présente - alors qu'il s'agit bel et bien d'une analyse d'une situation passée. J'ai conscience que mes choix stylistiques rendent tout ça compliqué... Pardon !
Le nom "donné", c'est le prénom, en effet. La vérité c'est que je n'utilise que très rarement le mot "prénom", je demande leur "nom" aux autres... Encore une fois une maladresse de ma part, mais je ne pensais pas que ça poserait de problèmes de compréhension !

Pourquoi parler de cette relation ? Parce que justement, il est politiquement incorrect de parler de sa mère de cette façon quand en apparence elle n'a rien fait de mal - nous sommes juste extrêmement incompatibles. Et tout garder en moi est tellement difficile... me lâcher anonymement sur le sujet m'a fait du bien.
Et comme mentionné, aussi car comme tu l'as dit c'était plus simple, je suis partie... J'habite à présent en Ecosse (d'où le pseudo anglais, tiré d'une chanson que j'ai entendue ici pour la première fois et qui a en quelque sorte changé ma vie !).

En espérant que cette réponse éclairera tes incertitudes. Merci encore pour ce commentaire si développé !

1332

Pepito, le 11 décembre 2015, à 16:27 :

Bonjour Wandering Star... (pourquoi un pseudo anglais ?)

Forme : bonne écriture. Pour chipoter,
"enfermée dans ma propre angoisse latente" reconnaître une angoisse "cachée" m'a semblé curieux...
"j’ai changé mon nom, c’est parce que j’abhorre celui que tu m’as donné" je ne comprends pas le nom "donné"... soit un prénom, soit le nom du père.
... et de très bonne choses :
"comme si la distance physique pouvait renforcer la distance émotionnelle" très bon
"d’avoir à appréhender tes trajectoires pour que tu ne me frôles pas. " joli !

Fond : ben c'est pas la joie, cette relation mère fille. En bon pragmatique, je dirais que pourquoi en parler (et se faire du mal) il est si simple de s'en aller.
Mais ce n'est jamais aussi simple...

Merci pour la lecture.

Pepito


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo