• Favoris

    1
  • Vues

    910
AlexandreFogal

Alexandre Fogal (AlexandreFogal)
Nouvel écrivain

Classé dans Essai
Voir plus de textes de AlexandreFogal

Date de création :
le 15 septembre 2015, à 22:30

Dernière validation :
le 21 septembre 2015, à 17:15

Moi, 18 ans, mes états d'âme

Ce texte va vous parler de mon ras le bol, le ras le bol d’un jeune de 18 ans, qui étudie et qui dans le fond, a tout pour être heureux.

Alors voilà, allons-y pour les présentations : Je m’appelle Alexandre et je suis étudiant, ma famille a de l’argent j’ai des amis enfin bref rien d’anormal. Il y a encore 1h j’étais heureux car aveugle, j’étais heureux car ma vie dans la société me semblait normale et dans le fond c’est ce qu’on recherche, la normalité.

Nous vivons dans un monde ou l’argent est le patron, nous sommes toutes et tous absolument certain d’être libre alors que nous sommes enfermé par ce que l’on croit être notre liberté et tout le monde est aveuglé par la routine que ce monde a accueilli :
On nait, on va l’école, on pousse les études au plus loin, on se trouve un travail, on passe à la retraite et on meurt. Le seul moment de bonheur que l’on connaitra c’est en fait quand on est qu’un enfant et que notre cerveau n’a pas encore été façonné pour qu’on devienne un bon mouton. Quand on est enfant on s’intéresse à tout, on n’a aucun problème et on est heureux. Et plus on grandi plus l’envie d’être le plus heureux du monde nous rend malheureux.
Notre quête éternelle de la situation idéale et du bonheur nous rend dépressifs. Aller vous balader dans les rues de Genève ou de Paris et essayer de trouver quelqu’un qui sourit juste parce qu’il est heureux de vivre. Vous en verrez peut-être un ou deux de ces bienheureux mais vous remarquerez surtout la quantité quasi-totale de personnes qui respire l’ennuie, la dépression, le stress et qui marchent dans le sens de la société sans lever les yeux, sans remarquer à coté de quoi ils passent.

Nous vivons qu’une seul fois et notre vie est uniquement réservée à la quête d’un bonheur introuvable.

Il y a une heure je me suis réveillé d’un sommeil profond dans lequel je suis depuis mon plus jeune âge, formaté pour étudier et gagner de l’argent voilà ce que j’étais. Aujourd’hui je me réveil dans un monde changé, ou tout le monde a l’impression d’avoir le choix alors que personnes ne l’a réellement, dans un monde ou responsabilité est le mot d’ordre, dans un monde où nous vivons dans le futur, dans un monde à la dérive ou le bonheur a disparu.
Qui n’a jamais voulu entreprendre quelque chose mais ne l’a pas fait parce en fin de compte sa vie tel qu’elle est était normale et donc acceptable ?

Nous vivons dans un monde où l’acceptable est suffisant, où la suffisance est la normalité et ou la normalité c’est suivre le chemin que le monde a tracé pour nous a la naissance.
Mais où ça s’arrêtera ? Quand nous seront chacun des clones de chacun ?
Ce monde mes amis, cet état d’esprit est un réelle calvaire pour la population, si vous lisez ce texte, vous allez peut-être être d’accord mais demain vous vous remettrez au travail car c’est inacceptable de changer maintenant, en effet ce n’est pas normal et donc pas suffisant aux yeux de la société.

Je m’appelle Alexandre, j’ai 18 ans, je suis normale, je suis malheureux.

Commentaires
1376

Quelqun, le 21 mai 2018, à 14:42 :

Alors vivons nos rêves donnons nous les moyens de le faire et surtout devenons anarchistes !

1309

ArmaNight, le 23 septembre 2015, à 21:48 :

Excellent texte, tu critiques, tu juges, et tu dénonce littéralement. Tu le fais d'une façon hyper accrocheur, et tu cries et recries la vérité, juste excellent :)


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo