• Favoris

    0
  • Vues

    535
ArmaNight

ArmaNight
Écrivaillon

Classé dans Véridique
Voir plus de textes de ArmaNight

Date de création :
le 1 septembre 2015, à 14:27

Dernière validation :
le 29 septembre 2015, à 18:37

La vision d'un dépréssif ?

Comprenons bien cette vision, si horrible a supporter. En premier lieu, un dépressif, préfère le décès. Comprenez cela. C'est a dire, que cette personne, en plein mal-être, préfère mourir, que de rester avec sa famille. Il préfère mourir que d'épouser une femme, et d'avoir des gosses. Il préfère mourir que de se faire soigner. Cette phase de la dépression, est la plus difficile a passer, a vivre, a assimiler. Une homme qui dis vouloir des choses, est loin d'être proche de la mort. Certaines personne on du mal a comprendre, ou du moins a détecté cette envie chez les personnes. Et ils on raison. Les gens voulant mourir son rare. Qu'on se le dise. Les jeunes adolescents en psychiatrie disent vouloir mourir pour se faire aidé, mais au final, n'ont jamais posé une lame sur le poignet pour la mort, mais pour montrer, exhibé sa souffrance. Ce n'est pas de l'hypocrisie, c'est un appel au désespoir. Je le sais. Savez vous quel est la douleur, a voir plus de bien-fait chez la mort que dans la vie ? Imaginer sa propre mort un milliard de fois, avant de dormir, chercher sur internet quels sont les moyens d'en finir, ne plus avoir envie de rire, ne plus vouloir sourire au gens, et même, ne plus avoir le courage de faire des sourires forcés a ses amis, a sa famille..

Que fais si l'on arrive a ce stade ? La question se pose belle et bien, car techniquement, il n'y a pas grand chose a faire. Donner des arguments a un dépressif, pour lui dire de prendre les pierres ( la vie ) plutôt que l'or ( la mort ), est quelque chose de presque impossible. Seul lui peux changer cela. C'est a ce moment la que tout se joue. A ce stade, c'est l'heure de la dernière chance. La seul chose a faire, et de faire ce qui nous plait.. passivement. J'aime être avec des gens ? J'attend de mes amis, de ne pas me laisser me sentir seul. Et de ne pas m'obliger a aller vers eux, car je n'en ai pas la force. Mais ce n'est que personnel.

Alors ? Êtes-vous en dépression ? En réel dépression ? Ce n'est pas une insulte de ne pas l'être, évidemment. Mais question de principe, de respect envers sois-même, et les autres, le besoin d'être francs avec la réel situation n'est pas négligeable.

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo