• Favoris

    0
  • Vues

    660
Amy_ral

Amy_ral
Écrivaillon

Classé dans Autre
Voir plus de textes de Amy_ral

Date de création :
le 9 août 2015, à 21:23

Dernière validation :
le 10 août 2015, à 04:24

Si seul

Je suis un voile transparent, une vitre à travers laquelle on regarde sans s'attarder. Je suis une passerelle, un pont, un tunnel. Je suis un lien vivant.
J'essaie de créer des situations qui permettent aux personnes que j'aime de se retrouver entre elles, de partager, de rencontrer, de construire,... Et, par chance, j'y arrive à peu près. C'est un tel bonheur de voir les personnes qu'on aime heureuses. Les mots me manquent pour vous décrire la chaleur qui émane de mon coeur quand j'observe ces scènes.
Suivis d'un pincement, du au dernier verbe. J'observe. Je ne suis pas actrice de la scène, jamais. Je suis la réalisatrice. J'essaie de faire en sorte que tout aille bien mais je reste dans l'ombre tandis qu'entre eux les liens lancés se développent tout seul. A ce moment là je disparais dans les coulisses.
Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé de vous sentir faible, inutile, anéantis. Personne ne remarque votre absence. Pourtant quand vous mettiez en place le décor, que vous cherchiez les meilleurs acteurs possibles, que vous ajustiez les lumières, que vous rameniez chaussure à son pied à chacun (du moins que vous essayiez), là vous existiez.
Et peu à peu vous vous sentez disparaître. Vous vous voyez regarder cette scène avec de plus en plus de distance, jusqu'à ce qu'un jour elle vous quitte entièrement.
Et c'est à ce moment là que ça devient difficile. Je suis désolée de vous l'apprendre, mais si tout comme moi c'est votre rôle, vous êtes inutile.
Pourquoi ? Parce que les liens se créent naturellement entre les personnes, ce n'était pas la peine. Pour quelle autre raison ? Parce qu'au final le metteur en scène n'est qu'un pion. Vous êtes un pion. Vous êtes la palette qui a permis à Courbet de devenir anartiste, le stylo qui a aidé Zola à accuser. Vous êtes le couteau du boucher, le gant du poissonnier, le marteau du cordonnier.Vous êtes un outil parmi tant d'autre, totalement remplaçable, qui n'intéresse pas les personnes au final. Vous n'êtes pas et ne serez jamais le résultat.
Et tu t'assois dans cette immense salle de spectacle. Tout le monde est sur scène et joue son rôle à la perfection. Toi tu joues le tien. Tu contemples. Et ça fait mal. Ca fait mal de comprendre ce qu'il se passe. Mais zsi l'ignorance est moins douloureuse, elle n'est pas mieux pour autant

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo