• Favoris

    1
  • Vues

    635
Bernyberne

Bernyberne
Habitué des lettres

Classé dans Poésie
Voir plus de textes de Bernyberne

Date de création :
le 18 juillet 2015, à 12:57

Dernière validation :
le 27 juillet 2015, à 13:28

La nuit, quand les gens sont endormis.

Les ballades nocturnes sont mes préférées.
Savoir qu'on est le seul oiseau à chanter.
La seule ampoule à briller.
Alors que le monde paisible n'en finit pas de somnoler.

Mes pas résonnent dans les rues vides.
Nul âme qui vive pour m'emboîter le pas.
Mes roues cliquettent dans cet infini morbide.
Même les feux rouges ne peuvent leur faire passer le trépas.

Les yeux rivés aux cieux.
Les lumières se reflètent en eux.
Lampadaires et étoiles brillent de mille feux.
Seule spectatrice des artifices des deux.

Les grandes pensées naissent alors.
Rien ne devient plus claire qu'en ces moments sombres.
Vers sans rimes, et rimes sans vers résonnent sans remords.
Il n'y a pas de lois pour ceux qui marchent sans ombres.

Je roule sans but, sauf celui de trouver l'inconnu.
Mais mes ailes restent collées à mon dos.
L'exode m'appelle, car plus rien n'est à explorer dans ces rues.
Elles réveillent les mêmes peines, répètent inlassablement les mêmes mots.

N'avez vous jamais eu le sentiments que chaque endroits pourrissaient?
Que votre esprit, comme le lait, tournait?
Ne vous êtes vous jamais mieux reconnu quand rien autour ne le rappelait?
Eaux claires quand je ferme les yeux, je patauge dans le marais.

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo