• Favoris

    1
  • Vues

    603
Bernyberne

Bernyberne
Habitué des lettres

Classé dans Véridique
Voir plus de textes de Bernyberne

Date de création :
le 11 mai 2015, à 17:38

Dernière validation :
le 23 juillet 2015, à 16:29

L'exutoire

Les maux, une fois retranscrits,
Sont comme frappés par la gravité,
Et leur pesanteur nous quittent,
Regagnent les fines boucles tracées.

Nos sentiments se perdent en mots.
Donnent vie à des histoires,
De peine, d'amour, ou de fantasmes.

Tandis que des personnages voient le jour,
Nos plaies se cicatrisent, vieillissent,
Et disparaissent quand ceux-ci ne sont plus dignes,
Perdent notre intérêt.

Car les passions ont besoin d'être renouvelées,
Les braises doivent être ranimées.
Sinon feu l'artiste qui manqua de flammes.

Ainsi le poète qui se veut éternel,
Ne sera pas de ceux dont l'amour sera constant.
Pourra-t-il être à jamais heureux?
Sans que ses mots perdent de leur impact?
Sans que son écriture l'écoeure?

La solitude d'un tel masochiste est inévitable.
Car peu comprennent l'importance,
L'enrichissement intérieur qu'il procure,
Notre monde à nous, continuel rêve en éveil.

Commentaires
1372

JeffyMarx, le 8 novembre 2017, à 14:21 :

Wow incroyable on sent l'amour du personnage principale pour son mentor et la cohésion du scénario au seins d'une société décrite comme si on la voyait, sale et corrompue.
L'auteur est un génie


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo