• Favoris

    0
  • Vues

    777
Iam-88

Iam-88
Nouvel écrivain

Classé dans Autre
Voir plus de textes de Iam-88

Date de création :
le 21 septembre 2014, à 10:40

Dernière validation :
le 21 septembre 2014, à 19:37

Cœur à double sens

Cœur à double sens

La fumer s’échappe par la voie orale, j’ai peur que ma vie se fasse la male.
Comprendre ce sens hypocrite, que de laisser sa famille sans aucun signe de leur fils.
On peut comprendre un sens égoïste, car si je le suis, putain je suis mal barrer à ce sens narcissique.
Pour exister il faut aimer, mais comment faire quand on n’assume pas son propre passer.

Toujours la même rengaine, mais je n’arrive pas à dégainer mon cœur blesser.
Blesser par l’amour, par la trahison, jamais j’aurai crue toucher le fond.
Enfermer dans ma chambre, en fumant et tuant ma santé.
J’ai compris que j’avais le syndrome du cœur brisé.

Un an de combat à essayer de la garder, mais au final elle s’est bien amuser.
Amuser à faire des semblants d’amours, je croie que j’ai besoin des premiers secours.
Pour elle mon cœur s’enflammait, maintenant c’est pareil, mais plus pour la même raison.
Je m’aperçois que depuis, la pompe de la vie, c’est endolorie.

SI tu veux me sauver c’est maintenant, mais qui voudrait de moi avec ses mots.
Mon cœur bat de moins en moins vite, tout l’inverse d’hier.
Au lieu d’avancer je fais marche arrière.
La mécanique de mon corps et perturber par se vide immense.

J’ai fait un devis de ma vie, les dégâts sont là, aucun remède et possible.
A cette allure je vais à l’usure, sa sera plus possible pour la récup.
Je vais direct a la casse comme si je retournais a la case départ.
Les pièces de mon moteur et irremplaçable trop de mal à été vécu dans cette cage.

Tout vas trop vite je ne comprends plus rien.
En 3 jours je suis oublié, mais moi je suis là, toujours à ses genoux.
Ma raison refuse de l’oublier, mon cœur refuse d’y penser.
Enfin pigée que je suis arrivé à la phase terminal.

Cœur à double sens c’est enfin épuisée.
J’ai été trop blessé le centre et blaser.
Sa serre à rien d’espérer, personne ne viendra me sauver.
A la fin de ce texte minable, tu pourras comprendre que le cœur de l’auteur a cessé de battre.

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo