• Favoris

    0
  • Vues

    1042
la plume de l'ange

la plume de l'ange
Maître de l'écriture

Classé dans Conte
Voir plus de textes de la plume de l'ange

Date de création :
le 3 août 2014, à 14:10

Dernière validation :
le 14 août 2014, à 15:43

Une vie de detruite ...

Il y a bien longtemps de cela, un homme, fort, jeune et beau, brave fils d'un paysan en campagne, était partit ramasser du bois en foret. Lors de sa balade, il vit dans une clairière ensoleillée une dame d'une grande beauté, au corps blanc et parfait, aux cheveux de miel tendre et d'or et au regard de biche. Il tomba sous son charme, et, éperdument amoureux de la magnifique jouvencelle, s'approcha de la somptueuse créature.
Cette dernière n'était autre que la déesse de l'amour et de la beauté et elle fut flatter des compliments du jeune humain. Longtemps ils parlèrent et bientôt, l'amour de la déesse vers cet être inférieur naquis. Mais une autre déesse, celle de la haine et du mensonge, voulait cet homme et, souhaitant se venger de sa semblable, elle partit voir l'humain en lui expliquant que la déesse de l'amour ne l'aimerais que s'il montrait sa force et son courage en tuant le taureau noir des plaines et en lui arrachant son coeur encore palpitant.
L'homme douta. Ce taureau était fort connu des humains et il était très dangereux. Mais il partit néanmoins car il souhaitait plus que tout que sa bien aimée l'aime. Il erra donc dans les plaines durant trois jours, trois jours entiers sous un soleil de plomb. A la fin du troisième jour, le taureau arriva et l'homme et l'animal débutèrent un combat a mort ou seul l'un des combattants pouvait s'en sortir vivant.
Apres une lutte terrifiante, le combat effréné prit fin. L'homme avait réussit a percer les défenses de la bête et a la tuer. Mais alors que le taureau rendait son dernier souffle, l'homme, au lieu d'arracher le coeur de l'animal, s'arracha le siens.
''- Oh pardonne moi mon amour ! cria-t-il en regardant le ciel tandis que de son torse suintait le sang, mais en tuant cette bête, j'ai détruit par la même occasion la beauté de cette vie que tu chérissais tant et je me suis perdu moi-même. Un Dieu, quel qu'il soit, ne devrais pas réclamer la vie d'un innocent animal pour la vie d'un homme !''

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo