• Favoris

    0
  • Vues

    556
kamui

kamui
Habitué des lettres

Classé dans Autre
Voir plus de textes de kamui

Date de création :
le 28 juillet 2014, à 21:18

Dernière validation :
le 3 mars 2016, à 21:56

j'ai connu une princesse

Je suis assis dans ma chambre le regard fleuretant avec un mur vide d’inspiration, les doigts brûlant de ne plus écrire, mais je ne peux les laisser se consumer plus longtemps. Alors ce soir dans un vide aussi triste qu’un ange aillant égarer ses ailes, je les laisse s’exprimer à leur guise, en espérant qu'il me guide vers une muse inconnue perdue il y a peu.
J’aurais aimé parler d’amour, de passion de la princesse trônant sur mon âme, mais peut-on vraiment en parler quand on n'a pas était capable de la garder. Je n’ai pue attraper sa main, j’étais sûrement trop faible ou trop lâche et elle n’a pu voir mes larmes peut être était-elle trop loin, je me demande ci elle ne la pas toujours été.
Il est un fait que j'avais oublié, une réalité qui m’avait échappée, les princesses ont besoin d’un prince et moi, je ne suis que le bouffon de la cour divertissant la foule au pied des cieux un genou mis à terre par son sourire, un cœur brûlé par son regard, une âme tourmentée par son départ.
J’ai péché par orgueil les anges ne deviennent pas dieu, les mendiants ne seront jamais rois, ma punition est une vie orpheline de toi, que je suis condamné à vivre comme un peintre sans ses yeux comme une rose pleurant, ces pétales.
Malgré tout, je n’ai aucun regret, je préfère vivre dans la froideur d'une vie vide de toi est avoir connu au moins une fois la douceur de t’es caresse, la chaleur de ton souffle brûlant ma peau de ses rafales andantes, les battements de ton cœur hurlant une passion que seuls des amants éternels auraient dû connaître, quand nous ne faisions plus qu’un, le sucre de tes baisers auquel seuls les anges n'étaient censés pouvoir prétendre et les avoir perdus.
Que d’avoir vécu toute une éternité sans les connaitre, car durant un instant éphémère sous l’œil souverain des monarque dominant les cieux, le mendiant fut roi.

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo