• Favoris

    2
  • Vues

    1531
la plume de l'ange

la plume de l'ange
Maître de l'écriture

Classé dans Véridique
Voir plus de textes de la plume de l'ange

Date de création :
le 14 juillet 2014, à 11:13

Dernière validation :
le 16 juillet 2014, à 13:22

Qui n'a jamais eu envie de partir ?

Qui n'a jamais eu envie de partir ?
Sérieusement, qui n'a jamais penser aux temps d'avant, de ceux ou les forets recouvraient la terre entière et ou les ruisseaux, les plaines, les rivières, suivaient leur cours sans que personne ne puisse les dompter et les dévier ? Du temps ou les animaux et les hommes vivaient en cohabitation, en même nombre et dans les mêmes lieux, ou les oiseaux volaient dans le ciel si bleu a l'azur ou pointait les nuages blancs et cotonneux, ou les poissons remontaient les courants et ou les insectes suivaient le cours de leurs vie sans que personne ne vienne les décimer ...
Qui n'a jamais penser a tout cela, toutes ces richesses polluées voir détruites pour toujours ? Pensez donc au dodo, cette espèce qui, il n'y a pas si longtemps, vivait et foulait la terre ou nous vivons tous et qui seulement un siècle après sa découverte a vu son espèce s'éteindre ! A qui la faute ? A nous.
Moi, j'y pense souvent. Des fois je me dit : mais comment avons-nous pu en arriver la ? Il y a des choses plus importantes qu'un mars ou qu'un hamburger dans la vie ! Pourquoi sacrifier notre terre, notre eau et notre air juste pour notre confort ? Et si un jour, l'envie me prenait de visiter mon pays, de gravir des rochers, de courir sur l'herbe tendre, d'humer l'air en admirant le paysage ? Mais je ne peux pas ... parce que pour visiter mon pays je dois prendre la route, payer pour avancer. Parce que je ne peux pas gravir ces rochers car ils sont protéger. Parce que courir sur cette herbe reviendrait a fouler un jardin priver ou un parc. Parce que si je hume cet air en admirant le paysage, la pollution pénétrera dans mes poumons ...
Tout dans notre monde revient a l'argent. Changer de pays, changer d'endroit. Vivre ailleurs sur une terre plus accueillante et agréable. La nourriture. L'eau. Peut-etre un jour l'air aussi sera payant puisque l'eau et la terre le sont déjà ?

Alors qui n'a jamais eu envie de partir ?
De quitter tout cela et de vivre dans la nature ? Quitter les problèmes, les gens, le monde ... Mais avons-nous vraiment le choix au fond ? Nous ne pouvons pas tous partir comme ça, s'évader quelques jours en foret. Tout le monde ne le peut pas.
Mais. Dans dix, vingt, trente ans, peut-être cela sera-t-il pire car es forets disparaissent, la population augmente, l'air est de plus en plus polluer, les problèmes sont de plus en plus nombreux et nous pourrons peut-être encore moins nous évader.

Ceci est mon avis. Vous avez le votre. Pour ma part, je trouve cela très regrettable de nous séparer de cette foret qui a vu évoluer nos ancêtres. Mais il est certain que nos descendants seront sans doute dans une situation encore plus précaire que la notre ...
Alors je me dis : nous pouvons agir pour eux, pour rendre leurs vies plus saines et agréables, nous pouvons tenter de les aider mais il ne suffit pas de mots ni de personnes pour accomplir tout cela. Non, ce qu'il faut c'est agir. Les mots ne suffisent pas, nous avons seulement besoin d'agir de notre mieux. Je ne parle pas forcement d'action interplanétaire mais juste un sac plastique, un chewing-gum, une bouteille, un trajet que l'on pourrait faire a pied, de si petites choses en somme suffirait a sauver un animal, une vie, de l'air ...
Qui n'a jamais eu envie de partir ? Moi j'en ai envie. Toi peut-être ou non. Mais moi, chaque soir, je repense a ce qu'a été notre monde avant. Avant nous. Oui Avant ce que nous sommes. Avant les hommes ...

Commentaires
1244

Mustache, le 20 août 2014, à 11:16 :

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi, mon Tito. Certes, nous sommes tous contraints, dans notre monde actuel, par des règles plus ou moins fourbes, mais il y a toujours moyen de s'échapper - de ne pas "être scolaire", a contrario de ce que désirait ardemment ma prof de Maths.

Pour paraphraser Pointcarré, dans notre monde, il y a les Géomètres et les Analystes. Tandis que les derniers se donnent tout entiers à la logique, et suivent scrupuleusement les règles, les premiers, eux, suivent leur instinct, outrepassent parfois - souvent ? - les règles, pour comprendre le monde. Il faut des deux dans notre montre, et les instinctifs - les imaginatifs - ne réussissent pas forcément moins que les rigoureux ;).

1242

Tito, le 19 août 2014, à 13:05 :

Je comprend tout à fait ton sentiment d'enfermement dans ce monde actuel dans lequel tout est régulé sans marge de manœuvre pour s'évader...

1241

Alizée, le 18 août 2014, à 10:42 :

Hmm... C'est vrai que je m'y prend à y penser parfois, mais je me reprends rapidement : le monde avant l'Homme a peut-être été beau, mais il l'est toujours, si on prend la bonne perspective. Le but maintenant, c'est de le garder dans cet état, pour l'améliorer ensuite. Par contre, l'idée de repartir vivre dans la nature, seul ou en petit groupe, très peu pour moi : dame Nature ne nous a donné qu'un cerveau pour survivre dans un monde qui, sans cela, nous aurait tué depuis fooort longtemps. Yep ; on se sent bien, quand même, en civilisation.

Sinon, quelques fautes d'orthographe (notamment les "a" -> "à", etc ; et la conjugaison du passé composé).


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo