• Favoris

    0
  • Vues

    1124
Cocobobs

Cocobobs
Écrivaillon

Classé dans Véridique
Voir plus de textes de Cocobobs

Date de création :
le 8 juin 2014, à 23:38

Dernière validation :
le 12 juin 2014, à 13:08

La vie passe, s'écoule comme la locomotive qu'on aperçoit sur les rails.

Les vacances d'été touchaient à leur fin. Deux mois plus tôt s'étaient finies mes trois années de lycée. J'en sortais sans aucun regret, juste une petite touche de mélancolie. Les cours n'allaient pas me manquer, ni les professeurs. Mais les élèves et le cadre de vie, c'était bel et bien une autre affaire. Autant le collège je me réjouissais d'en partir, je voulais changer la personne que j'étais. Arrêter d'être la petite victime que les gens trouvaient inintéressante. Lors de ma rentrée de seconde j'avais eu la chance de ne connaître que trois personnes au lycée, de plus ce n'était pas mes amis. J'ai pu tout recommencer depuis le début, et enfin changer ce que les gens penseraient de moi. La solution, selon moi, c'était de croire en moi. Et ça a marché. J'ai eu un grand nombre d'amis, qui étaient présent pour moi, pour rire et surtout pour partager. Certains m'ont énervée, d'autres je n'ai cessé de les adorer pour tout ce qu'ils m'apportaient. Je me sentais enfin aimée et populaire. Pourtant je ne faisais pas partie de cette «caste » de gens connus et hautain. Non j'étais en compagnie des gens qu'une grande partie du lycée qualifiait de bizarre. Mais pour moi, c'était des gens qui me correspondaient, des gens qui me comprenaient. Certes, on était parfois vraiment très bizarre, mais pour moi c'était normal. C'est ces personnes qui ont fait que ma vie fut heureuse pendant ces trois courtes années. J'étais populaire parmi les impopulaires. Vous y croyez à cette remontée ? Passer de victime à leader me paraissait impossible et pourtant je l'ai fait, j'ai réussi. En reprenant seulement de la confiance en moi j'ai su réussir là où j'avais échoué pendant tant d'années. Ces trois dernières années de ma vie avaient été tellement remplies en émotion. En effet, j'ai été confronté à tellement d'épreuves, en si peu de temps. Des épreuves qui ne devraient pas être destinées à une jeune femme de 17 ans. En effet durant ces trois années j'ai failli perdre ma sœur, ma maison, ma dignité, mon bonheur. Et pourtant j'ai toujours su faire face et relever la tête, j'ai été le pilier de quelque chose de détruit. J'en suis ressortie plus forte que jamais de ces ruines. J'ai rencontré le bonheur auprès des personnes qui sont véritablement essentielles à ma vie. Mais sans mes amis pour me changer les idées je ne serais arrivée à rien, ils ont été là pour moi. Ils n'étaient au courant de rien, je ne leur ai rien dit pour la plupart. J'ai fais comme si de rien était et ils ont continué de me faire rire, même si je l'avoue parfois je n'en avais pas du tout la force ni l'envie, ils ont quand même réussi à le faire. Il n'y a pas que ça qui les rend remarquables, il y a aussi le fait qu'ils ont réussi à me supporter durant trois années. En effet, je ne suis vraiment pas quelqu'un de facile à supporter à cause de mon caractère fort et brut. Mais ils ont le mérite de l'avoir fait, d'avoir su me dompter.

Je ne sais pas pourquoi j'écris tout ça. Surement pour les remercier, en partie, ou aussi peut être pour essayer de montrer combien mes années en tant que lycéenne ont été merveilleuse. Je ne sais pas, tout ce que je sais c'est que j'ai le besoin de poser tous ces mots.

Vers la fin plus rien ne m'attirait vers le lycée, je ne supportais plus le quotidien pesant des cours, je voulais tout arrêter. Je voulais partir et voyager, tout quitter. La seule chose qui me retenait est qu'il fallait que j'aie mon bac pour pouvoir faire le métier de mes rêves. Finalement je l'ai eu, sans mention. Ma mère dit que j'aurais pu viser plus haut. Mais au fond d'elle je sais qu'elle est fière de moi, qu'elle est fière que je réussisse sans jamais avoir dû refaire une année même si mes plans en ont été chamboulés. Mais s'il en n'aurait pas été ainsi, aurais-je étais pleinement satisfaite ? Si j'avais eu un bon professeur de mathématiques lors de mon année de seconde et que j'étais passée en filière scientifique aurais-je été aussi pleinement assouvie qu'en filière littéraire ? Aurais-je trouvé mon compte en exerçant le métier de professeur de mathématiques dans un petit collège de campagne ? Me serais-je sentie aussi utile qu'en devenant animatrice pour distraire les pauvres personnes âgées qui s'ennuient durant de longues heures en attendant leur mort ; cette mort qui leur semble plus acceptable qu'une vie terne et morne sans aucune visite de leur famille ? Toujours est-il qu'aujourd'hui je me sens heureuse, accomplie et utile. En effet grâce à moi, ces êtres humains vont pouvoir voir leurs derniers jours s'embellir avant leur dernier soupir.

Cet été est passé à une vitesse inimaginable, mes amis ont été présent durant toute cette période estivale. On s'est fait des promesses : « On se reverra, hein ? », « Hé, vous m'oubliez pas ! », « J'viendrais squatter chez toi », « Chaque prochaine vacances scolaire on se revoit ici ? », « Rendez-vous dans dix ans, même endroit, même heure pour ceux qu'on ne reverra pas. ». Est-ce que chacun de son côté va penser à ces années, à ces moments, à ce groupe d'amis. Je l'espère. J'espère aussi tous les revoir, passer encore de merveilleux moments en leur compagnie. Je ne les oublierais pas, pour rien au monde.

Demain, pour moi c'est la rentrée. Depuis le temps que j'attends pour rentrer, ici, à Tours. Mon rêve s'est réalisé, je suis devenue autonome, j'ai mon propre appartement, mon propre revenu. Je suis comme qui dirait devenue une grande personne, une personne responsable. Et pourtant j'ai encore gardé mon âme d'enfant et pour rien au monde je ne la perdrais. Mon appart' n'est pas bien grand, mais pour une seule personne c'est largement suffisant. Je le garderais durant deux ans, deux courtes années. Après je deviendrais totalement indépendante, je commencerais à travailler. Mais avant tout je veux profiter de mon statut d'étudiante.

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo