• Favoris

    2
  • Vues

    1018
coburit

coburit
Écrivain confirmé

Classé dans Poésie
Voir plus de textes de coburit

Date de création :
le 25 avril 2014, à 13:32

Dernière validation :
le 25 avril 2014, à 18:07

Une vie de poésie

Petit enfant, notre prof de chant nous apprenait Brassens
Collés en rang d'oignons dans la salle de classe
Nous chantions la cane de Jeanne, l'Auvergnat ou le petit cheval blanc
Notre maitresse nous faisait chanter le chant des partisans
Nous récitions du Prévert, et en sortant de la classe
Un chemin de fer nous emmenaient tout autour de la terre
Avec les trois mousquetaires, Rémy et d'autres héros enfantins.

Au collège, je n'avais d'yeux que pour les romans d'aventures
Conan Doyle et Sherlock Holmes, Jean Ray et son Harry Dickson
Haggard et son immortelle Aycha, Jules vernes et se aventures extraordinaires
Tous ces héros, qui en moi comme une épopée résonne

On n'est pas sérieux à dix sept ans, avec Rimbaud je partis pour une saison en Enfer
Sur son bateau ivre, je rêvais de devenir trafiquant d'armes, explorant
Les secrets de la mer rouge d'Henri de Monfreid.
Puis le parfum des fleurs de Mal devint mon livre de chevet
Les bijoux, les femmes et les mystères tout me vint de Baudelaire.

A vingt ans, je devins un lion comme le chante léo ferré
Anarchiste, j'écoutais radio Libertaire
Je me prie de passion pour Bruant, Dimey et Caussimon
Guidoni, je connaissais toutes ses chansons, Pierre Philippe un maitre
Combien de fois le Stéphanois de Lavilliers est passé sur la platine
Mes amours étaient de passage, parfois des deux cotés
Puis à la Bastille, j'ai crié " Mitterrand "

A trente ans, je me pris de passion pour Proust
Je dévorais la Recherche du temps perdu
Pleurant à la mort de sa grand mère
Souriant des danses nuptiales du baron pour attirer les gitons
Je me suis assis prés des jeunes filles en fleur, puis le temps retrouvé
Je voyais vieillir autour de moi tous mes compagnons.

Aujourd'hui j'aime encore la poésie et la littérature
Houellebecq et ses particules élémentaires dévoré en une nuit
Sans sommeil et relue au moins cinq fois
Les bienveillantes me noyant dans l'effroi
Céline découvert par Lucchini
Et ainsi partant pour d'autres aventures.



Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo