• Favoris

    2
  • Vues

    1011
Janesr

Janesr
Écrivaillon

Classé dans Essai
Voir plus de textes de Janesr

Date de création :
le 9 janvier 2014, à 18:58

Dernière validation :
le 10 janvier 2014, à 06:00

La fille aux yeux de chats.

Elle possédait cette beauté si particulière des gens torturés. Chacun de ses regards silencieux vous transperçaient jusqu’à la moelle, et vous ne pouviez rien faire d’autre que de soutenir ce regard emplit de larmes invisibles. J’y restais accroché malgré moi sans pouvoir m’en détourner, même le temps semblait s’arrêter une fois que j'eus plongé dans ses yeux de chats mordorés. Elle semblait porter toute la souffrance du monde sur ses épaules, et je brûlais d’envie de lui arracher cette terrible douleur qui émanait de son visage d’ange, de serrer contre moi ce corps si frêle pour ne plus jamais le lâcher.
Injuste, c’était injuste qu’une telle beauté dont les traits frôlaient la perfection soit gâchée par tant de misère, et dans nos regards silencieux il me semblait qu’elle implorait à l'aide. Mais je ne savais rien d'elle ni de ce qui avait bien pu la rendre si malheureuse, et je crois bien que j'aurai tout donné à cet instant précis pour voir se dessiner sur ses lèvres un sourire, apercevoir la commissure de ses lèvres se courber même de façon la plus infime. La nature n'avait pas mis au monde une véritable merveille pour que celle-ci ne brille qu'à travers la pâleur de la mort.
Si j'avais pu lui prendre la main juste un instant, si j'avais pu lui redonner du courage, lui assurer que derrière le malheur, quelque part, continue de briller cette minuscule étincelle qu'on appelle l'espoir. Si j'avais pu lui dire que même derrière cette violente souffrance qui enveloppait jusqu'au moindre de ses gestes, elle demeurait l'être le plus délicat que je n'eus jamais rencontré. Si seulement j'avais pu le lui dire avant de la voir se lever dans une immense lassitude, sortir du métro pour s'engouffrer dans la foule incertaine et bouillonnante, hors de ma vue et disparue, à tout jamais. Je me surpris à avoir peur pour elle, peur pour une parfaite inconnue. Peur qu'elle se laisse piétinée par les autres alors qu'à mes yeux, elle méritait plus que quiconque d'être heureuse.

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo