• Favoris

    0
  • Vues

    1220
Cocobobs

Cocobobs
Écrivaillon

Classé dans Autre
Voir plus de textes de Cocobobs

Date de création :
le 3 novembre 2013, à 19:33

Dernière validation :
le 21 novembre 2013, à 03:39

Quand certaines personnes ne savent pas si elles vont pouvoir manger dans les jours à venir, et que j'entend quelqu'un se plaindre de pas avoir eu la dernière mousse au chocolat du self, j'ai envie de le claquer.

On dit toujours que ça n'arrive qu'aux autres, mais ce n'est pas vrai en fait. Vous pourriez comprendre ce que je veux dire si seulement vous aussi vous étiez à la veille de vivre sur les trottoirs. On est en train de tout perdre, même notre famille nous abandonne. Vous n'imaginez même pas cette peur qui me tiraille le bide chaque jour. En effet, elle est constamment présente dans ma vie depuis que financièrement ce n'est plus ça. Mais pourquoi ça nous arrive à nous ? Mon Dieu qu'avons nous fait de mal ? Nous avons toujours été des personnes croyantes et pratiquantes, pourquoi nous avoir choisi nous ? Pourquoi tant de malheurs qui nous tombent dessus ?
Ma famille n'est plus ce qu'elle était avant : une famille unie et aimante. Maintenant nous ne sommes que des lambeaux d'une ancienne magnifique famille. Plus rien ne nous unie, plus personnes ne me retient. Qu'est ce que je fais encore là ? Je ne me sens plus à ma place, je me sens mal à vos côtés. Juste l'impression que rien ne va plus, que je ne suis pas assez bien pour vous.
J'ai ce besoin d'écrire pour extérioriser ce que je ressens. Mais vous saviez, vous étiez tout pour moi mais j'ai l'impression que je suis encore celle qui a le plus aimé. Vous ne m'avez pas aimé comme moi je l'ai fait. Plus rien ne me retient ici, si vous saviez le mal être constant que je ressens. Ce mal être et cette peur constante liée, cela ne donne rien de bon. Je ne suis plus à ma place ici, j'ai besoin de partir de vous quitter. Personne ne peux plus rien pour moi. Je n'ai pas envie de briser ma vie à cause de personnes comme vous. Non pas que vous soyez méchantes, au contraire, mais tous vos problèmes, à la longue s'abatte sur moi.
J'en parle de mon mal être mais personne ne m'écoute attentivement, ils croient que c'est une sorte de crise d'adolescence genre "je hais mes parents" ou autre; mais non ce n'est pas ça, car justement ça fait partie du problème, je vous aimes, vous restez ma famille, mais je me sens si mal à vos côtés. J'ai aimé un père qui lui ne m'aimais pas, j'ai aimé une tante et un oncle qui eux n'ont fait que du tord à ma mère, j'ai aimé des cousins qui n'en ont strictement rien à foutre de moi. Oui je connais les personnes sur qui je peux compter dans ma "famille" : ma sœur, ma mère et ma grand-mère. Ce sont bel et bien les seules personnes qui m'ont aimé comme je les ai aimées. Mais malgré mon amour je ne cesse de ressentir ce mal être. J'ai besoin de vous quitter à tout jamais. Je ne suis plus à ma place ici, je dois partir, c'est la seule solution. Adieu.
Je ne suis que souffrance. Les seules personnes qui me font encore un peu oublier ma souffrance quotidienne ne peuvent être à mes côtés. Mais ils sont là à me soutenir chaque jour. Tout ce que je veux c'est pouvoir les retrouver.
Auparavant je suis déjà tombée bien bas, mais à force d'effort et de courage je me suis toujours relevée encore plus fière qu'avant, ces erreurs et ces chutes m'ont appris beaucoup de chose. Mais là je suis tombée plus bas que d'habitude et en plus vous m'avez cassé les jambes pour pas que je puisse me relever. Cette fois c'est trop dur, je ne suis pas sûr d'arriver à me remettre debout, vous m'en empêchez, vous m'enfermez, m'empêchez de respirer. Le seul besoin que j'ai qui permet de me donner des bouffées d'air frais, vous m'en privez. Oui voyager, j'en ai besoin, mais sans moyens je ne peux pas. Que vais je faire ? Comment vais-je faire ? Pourquoi moi ? Mon Dieu, si seulement tu pouvais m'aider. J'ai toujours eu foi en toi, j'ai toujours cru en toi, j'ai prié plus d'une fois, je suis en règle. Mais pourquoi le sort s'acharne sur moi ? Ma malchance est revenue à grand pas, je l'avais chassée mais elle est attirée par mon existence, par ma vie.
La seule solution est que je vous quitte. Adieu, je m'en remet aux mains de Dieu, qui m'aidera à me relever. Car oui j'ai bien l'intention de me remettre sur mes deux jambes, quoiqu'il arrive je ferais tout pour redevenir la personne fière et heureuse que j'ai été.

Commentaires
1153

Cocobobs, le 8 février 2014, à 20:14 :

Tout ceci coûte de l'argent que je n'ai pas donc compliqué. Mais un jour où l'autre oui.
Merci

1150

Skyofinnocence, le 7 février 2014, à 13:18 :

si tu veux voyager pour allez de l'avant tu le peux , il te faut juste de la volonté, Renseigne toi pour allez dans des villages vacances a l'étranger ;).
très bon texte.

1110

Cocobobs, le 22 novembre 2013, à 16:51 :

Merci beaucoup de vos conseils, je vais essayer d'en tenir compte pour améliorer cet écrit!

1109

Grace, le 22 novembre 2013, à 16:27 :

Votre texte est poignant, c'est évident. Cependant on sent que c'est un premier jet ; cela se sent, et s'il y a l'avantage de donner le sentiment brut comme au moment où il vous est venu, l'inconvénient est qu'il y a du coup ce sentiment de brouillon qui persiste. Je sais comme c'est difficile de parvenir à transformer un sentiment en un texte qui vaille et pour son émotion et pour ses qualités littéraires : et bien souvent, il est mieux d'attendre un moment de calme, où ce sentiment se fait moins envahissant pour parvenir à l'exprimer.

Cependant, vous voyez où je veux en venir : vous gagneriez énormément à retravailler ce texte, à mettre en ordre tout cela. Ce qui signifie deux choses : soit votre texte va s'allonger, soit il va raccourcir. C'est à dire, soit il vous faut développer une nouvelle qui va donner une impression en détail de vos émotions, soit pencher vers quelque chose de beaucoup plus condensé qui peut pour le coup vraiment rendre la violence du sentiment, ainsi que sa confusion.

Prenez ces mots pour ce qu'ils sont, c'est à dire des conseils que je formule par rapport à ma propre sensibilité et à mes critères. Mais vraiment, vous tenez quelque chose de fort qui je pense pourrait donner naissance à un texte tout aussi puissant.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo