• Favoris

    0
  • Vues

    818
Peok

Peok
Écrivaillon

Classé dans Nouvelle
Voir plus de textes de Peok

Date de création :
le 1 novembre 2013, à 10:46

Dernière validation :
le 1 juin 2014, à 14:43

Le p'tit gars vert

Ça faisait assez longtemps qu'il dormait, le p'tit gars vert. Il avait fait un bon sommeil, mais le réveil était un peu dur. Il prenait son temps. Pourquoi se presser, hein ?
La neige fondait doucement au pied de là où il habitait. Le soleil était déjà haut dans le magnifique ciel bleu, et chauffait doucement l'atmosphère, chassant la fraîcheur de la prairie. En contrebas, il remarqua le débit de la rivière qui s'écoulait avait augmenté. Il vit le reflet d'un beau poisson argenté passer à contre courant. Au dessus, sur le petit pont en bois, passait la charrette du jeune paysan du coin, tirée par un âne nonchalant. Le jeune homme paraissait heureux, au lendemain d'une nuit d'amour, assis à côté d'une très jolie demoiselle aux cheveux blonds et ondulés, qui dansaient dans le vent. Le p'tit gars vert les entendaient rire ensemble.
C'était des scènes comme ça qu'il aimait voir, le p'tit gars vert. Il se disait que le printemps était vraiment une belle saison, que tout le monde était content, avait la joie de vivre, que ce soit dans le monde des Hommes, ou bien parmi les animaux. Et voir tout le monde content, ça rendait le p'tit gars vert joyeux.
Plus loin, dans le champ avait poussé du blé sauvage. Ce champ avait été laissé à l'abandon. Jadis y était une petite maison de fermier, un ancien voisin du p'tit gars vert, mais celui-ci avait un jour rejoint la ville, laissant derrière lui sa maison et ses souvenirs. Le p'tit gars vert était tout jeune, mais il savait tout cela parce que les autres lui avaient raconté. Il ne restait rien de cette maison, quelques pierres et très mystérieusement, une vieille armoire en bois. Tout le monde trouvait cela drôle, une armoire au beau milieu d'un champ de blé, alors personne n'y avait touché. Le p'tit gars vert ne s'était jamais plus renseigné, il trouvait simplement que ce mystère gardait la magie de ce magnifique lieu. Seul un petit lapin y avait trouvé refuge, il le voyait passer de temps en temps. A l'orée de la forêt, il vit un jeune faon, qui passait paisiblement.
Le p'tit gars vert adorait le lieu où il habitait. Tout ce calme, cette belle nature... Il savait qu'il ne s'en lasserait jamais. Il vit le faon galoper vers la rivière, y tremper le museau pour boire, titiller le poisson argenté et se rendre près de l'armoire, comme pour dire bonjour au petit lapin.
L'oiseau posé sur la branche au dessus de lui le tira de ses rêveries, en chantant d'un air joyeux, tout de suite reprit par ses semblables. Il se rendit compte qu'il était en retard, et que tous ses amis s'étaient réveillés depuis longtemps, alors que lui n'était toujours pas habillé. Poli, il les salua tous -car ils étaient nombreux, à côté de lui.
Alors le p'tit gars vert tendit les bras pour s'étirer et bailla. Avec un peu de retard, ce petit bourgeon avait fleuri, donnant une belle fleur rose.

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo