• Favoris

    0
  • Vues

    1278
Mustache

Mustache
Fantôme

Classé dans Langue tierce
Voir plus de textes de Mustache

Date de création :
le 24 octobre 2013, à 14:34

Dernière validation :
le 31 octobre 2013, à 20:53

Traduction du poème du jeu Coil

When she awoke from the coil / Quand elle se réveilla de la boucle
Time didn't wait for her / Le temps ne l'avait pas attendu
It just watched her whimper / Il avait juste regardé son gémissement
As it / Tandis qu'il
Crushed / Broyait
Her ego / Son égo
Cracking her / La brisant
Just enough / Juste assez
To reach inside / Pour atteindre son intérieur

He whispered / Il chuchota
As she was divided / Tandis qu'elle était partagée
This will make you remember / Cela te fera souvenir
That I'm a part of you / Que je suis une partie de toi
Each cell is marked by my name / Chaque cellule est marquée par mon nom
You can't ever leave me / Tu ne pourras jamais me quitter
I'm all that you have / Je suis tout ce que tu as

When he released her / Quand il l'a relacha
She could feel his wet hair run through her fingers / Elle pouvait sentir ses cheveux mouillés courir à travers ses doigts
As she descended into the darkness / Tandis qu'elle sombrait dans l'obscurité
His face, distorted by their distance, faded into the night. / Son visage, déformé par la distance, disparu dans la nuit.
She was alone / Elle était seule
Yet she could still feel him inside her / Pourtant elle pouvait encore le sentir en son sein
The feeling was comforting and familiar / Le sentiment était réconfortant et familier
But his presence scared her / Mais sa présence l'effraya
She knew he was still there, watching her / Elle su qu'il était toujours là, à la regarder
Just out of the light / Simplement hors de vue
Waiting. / A attendre.

She would find herself reaching out to others / Elle se trouverait à aller vers les autres
Taking small pieces of them with her as mementos / A prendre des petits morceaux deux en guise de souvenirs
These are the things she felt were important, / Ce sont les choses qu'elle jugeait important,
The things that made these people significant. / Les choses qui avaient rendu ces gens importants.
Every aspect of her being was composed of others. / Chaque aspect d'elle-même était faite des autres.
Her arms crew stronger with every embrace / Ses bras jubilaient plus fort avec chaque étreinte
And lips crew fuller with every kiss. / Et ses lèvres jubilaient pleinement avec chaque baiser.

She would lead them to him / Elle voulait les conduire à lui
Watching as his hands reached / Regardant tandis qu'il tendait les mains
Out to pull them away, their essence / Pour les éloigner, leur essence
Consumed and nothing remained. / Consommée et plus rien ne restait.
She would fantasize what it was like / Elle fantasmerait sur ce que c'était
To feel his hands on her body / De sentir ses mains sur son corps
Penetrating her and draining / La pénétrant et la drainant
Her into nothing / Vers le néant

But time did pass. / Mais le temps passa.
They fell into one another at first glance. / Ils tombèrent l'un dans l'autre au premier regard.
Their fingers intertwined as they walked. / Leurs doigts s'enlacèrent pendant qu'ils marchaient.
This wasn't what she was used to / Ce n'était pas ce dont elle avait l'habitude
But from here on things wouldn't be the same / Mais à partir de là les choses ne seraient pas les mêmes
And even though the longing lingered / Et même si le désir s'attarda
For once in her life she forgot about him / Pour une fois dans sa vie elle l'oublia

After the dust settled / Après que la poussière retomba
And everyone had moved on / Et que tout le monde avait changé
Once again she was alone / De nouveau elle était seule
And she only had herself to blame / Et elle n'avait qu'elle à blâmer
If she had of just embraced her feelings when they called to her / Si elle avait simplement décidé d'embrasser ses sentiments quand ils l'avaient appelée
Maybe she wouldn't have taken in so many / Peut-être qu'elle ne se serait pas fait prendre dans autant
Of the things she later crew to hate. / Des choses qu'elle jubilait à détester.
And maybe it was time to change / Et peut-être était-il temps de changer
So she closed her eyes. / Alors elle ferma les yeux.
Pushing out every aspect of everyone she'd taken in / Repoussant chaque aspect de tous ceux qu'elle avait absorbé
Back into a world she never asked to be part of. / De retour dans un monde dont elle n'avait jamais voulu faire partie.

She could feel him in the room with her / Elle pouvait le sentir dans la pièce avec helle
Her eyes darted around searching for movement / Ses yeux dardaient aux alentours, cherchant un mouvement
In the darkness frantic and confused / Dans l'obscurité, frénétique et confuse
Her breathing became fast and shallow / Sa respiration devint rapide et haletante
As her eyes welled up with tears. / Tandis que ses yeux se remplissaient de larmes.
He was here, and there was nothing she could do to stop him. / Il était là, et il n'y avait rien qu'elle put faire pour l'arrêter.
She was scared / Elle avait peur
Scared of all the things she would be leaving / Peur de toutes les choses qu'elle allait quitter
Scared of how she would be treated / Peur de la façon dont elle allait être traitée
Scared of what she had done / Peur de ce qu'elle avait fait

As the room crew dim / Tandis que la pièce jubilait doucement
She could feel his hand reach out for her / Elle pouvait sentir sa main se tendre vers elle
Touching her / La touchant
In a way that was comforting and familiar / D'une manière qui était réconfortante et familière
She was leaving / Elle partait
As he picked her up he pressed his cheek to hers. / Tandis qu'il la prenait dans ses bras, il appuya sa joue contre la sienne
"From here there is nothing, just as it was before" / "De là, il n'y a plus rien, juste ce qu'il y avait avant"
He picked her up and he pressed his cheek to her cheek. / Il la prit dans ses bras et pressa sa joue contre sa joue.

Commentaires
1130

Mustache, le 7 janvier 2014, à 23:19 :

Chère Grace, tout d'abord, tutoyons-nous, le veux-tu ? Je t'ai deja fait cette remarque, et je suis de plus, ton cadet !

Cela étant dit, je me rend compte que cela fait plus d'un mois que tu as posté ton commentaire ; je l'ai gardé à l'esprit, et je pensais sincèrement que cela faisait moins longtemps. Je suis vraiment navré du retard, mais à chaque fois que je tentais une réponse, j'étais dérangé par quelque événement impromptu - d'ailleurs, tandis même que je commençais ce message, je devais normalement le délaisser. Mais la peste soit des imprévus, maintenant, je te répond !

En effet, la traduction est un exercice ô combien difficile, mais pourtant très agréable et très formateur. Comme tu l'as indiqué, j'ai fait le choix d'une traduction très littérale, car je désirais véritablement privilégier la compréhension du texte, et sa saveur particulière, plutôt que de tenter un exercice de style de mauvais goût. Je ne veux pas, ne peux pas me permettre de transformer une oeuvre, davantage qu'il n'en faut avec la traduction, d'un artiste - ce ne serait pas l'objectif.

Tout l'art de la traduction - d'autant plus pour de la poésie, même en proses - réside justement dans la transmission de l'émotion, de la passion, du message que souhaitait faire passer l'auteur d'origine, dans sa langue, vers une autre. Le souvenir le plus récent que j'ai en tête est celui de L'Enfer de Dante, avec sa versification si particulière, si délicieuse, si profondément liée au texte même, qu'il en était impossible de la rendre en français. La traductrice - dont le nom m'échappe, j'ai très mauvaise mémoire et n'ai pas le livre à proximité - parlait de disloquer un tout, et je trouve que cela correspond à toute traduction : il s'agit de disloquer un ensemble, d'en transformer les éléments, et de les réassembler, avec toutes les difficultés "techniques" dues aux dites transformations. Mais c'est cela qui est amusant :).

Pour parler du jeu, Coil est un jeu expérimental, venant du très prolifique Edmund McMillen, célèbre notamment pour Super Meat Boy, ou The Binding of Isaac - je te recommande d'ailleurs chaudement le dernier, qui est bien plus profond qu'il n'y paraît à première vue.

Coil est un jeu flash gratuit, se jouant à la souris uniquement, et est une représentation de la naissance, de la fécondation jusqu'à la naissance. Chacune des "phases" est ponctuée d'un bout de poème - celui dont on parle, hé hé ^_^ - racontant une histoire, l'histoire d'une jeune fille. Le jeu étant gratuit, je t'invite à l'essayer par toi-même : http://www.newgrounds.com/portal/view/422918
Il est un peu déconcertant la première fois, mais très court, tu n'auras pas à passer beaucoup de temps dessus, de fait !

Quant à ce fameux "crew" - je suis sur mobile, je ne peux donc vérifier - j'ai justement en souvenir que celui-ci m'avait bien dérouté, et que j'avais vérifié à plusieurs reprises que je ne me trompais pas dans l'orthographe du mot. Pour le reste, je te demande de m'excuser quant aux erreurs d'anglais ^_^.

Si tu désire parler davantage de ce jeu - et d'autres ! - je reste à ta disposition par MP. J'ai toujours aimé rechercher le sens profond des oeuvres vidéoludiques, et les interpréter est souvent aussi difficile que d'interpréter n'importe quelle autre type d'oeuvre - une traduction, par exemple... ;)

1111

Grace, le 22 novembre 2013, à 18:01 :

Ah, mon cher Mustache ! Je prends enfin un peu de temps pour vous parler de cette traduction, et du texte en général : il y a beaucoup de choses à en dire.

J'aurais quelques corrections - évidemment la traduction n'est pas un exercice facile, et bien que la vôtre soit très correcte, il y a toujours des points à améliorer ou à discuter.

Par exemple, le deuxième vers ne me semble pas devoir se traduire par "Le temps ne l'avait pas attendue", mais plutôt "Le temps ne l'attendit pas" : "ne l'avait pas attendue" donnerait plutôt en anglais "had not waited for her", or ici le texte dit "didn't" - j'imagine que vous voyez la nuance.

Ensuite ce sont surtout des questions de choix de traduction : celle-ci est plutôt littérale, ceci dit on est ici dans un cas où - me semble-t-il - il vaudrait peut-être mieux opter pour quelque chose qui rendre plutôt l'atmosphère que ce que disent littéralement ces vers. Ce genre de choix est toujours très contesté, et parfois contestable, mais je trouve qu'il a l'avantage de pouvoir rendre dans la langue d'arrivée l'émotion de la langue de départ ; et si pour la prose on peut toujours arriver à quelque chose de proche sans trop trahir le texte d'origine, il me semble qu'en poésie c'est moins évident.

Exemple canonique : la traduction du poème "The Raven" d'Edgar Allan Poe, en vers spécifiques à la langue anglaise (et j'en ai oublié le nom, honte à moi), traduit en prose par Charles Baudelaire (et de manière brillante), ou par Mallarmé, toujours en prose (et j'adhère un peu moins) - la différence de langue implique un changement énorme de toute évidence, et selon moi le plus important : si en anglais le corbeau se nomme "Nevermore", en français il ne donne pas l'impression de répondre à cette première demande puisqu'il répète "Jamais plus" : et au passage, on perd un très, très beau jeu de rimes en "-ore" : "Nevermore" / "Lenore", qui revient il me semble assez constamment.

Exemple moins canonique, mais peut-être plus parlant : la traduction en français, par son compositeur, d'une chanson écrite au départ en langue anglaise. La chanson originale se nomme "Don't you cry", et sa traduction "Ne pleure pas", et le groupe se nomme Kamelot (il s'agit de métal, mais celle-ci est une chanson douce, donc rien à craindre si vous avez peur que je tente de vous corrompre). Je connais beaucoup de fans du groupe qui trouve la traduction extrêmement mauvaise car non littérale : au contraire, je la trouve pour ma part géniale parce qu'elle ne l'est absolument pas, et pourtant elle redonne la même profondeur à la chanson, et même lui donne un nouveau sens. C'est le risque de la traduction, de trahir le texte, mais c'est aussi son charme. Je renvoie une fois de plus à Edgar Allan Poe traduit par Charles Baudelaire : la traduction, c'est une interprétation.

Revenons à notre texte, parce que je m'en suis éloignée très facilement finalement. (Au passage, je pose une question : dans la dernière strophe, le premier vers, est-ce bien "crew", ou le verbe devrait-il être "grew" ? Parce que là je trouve le sens étrange, tandis qu'avec "grew" ce serait simplement "Tandis que la pièce s'assombrissait", littéralement). Sur la traduction, j'aimerais bien en parler avec vous, parce qu'il me semblerait incorrect d'en faire une moi-même et de la proposer, et surtout ce serait stérile - il faudrait voir cela par MP.

Sinon, pour le sens : je ne connais pas ce jeu, donc là-dessus je suis de peu d'aide, mais j'y vois une certaine métaphore sexuelle, par ailleurs très évidente ; peut-être une sorte de syndrome de Stockholm, mais en tout cas de ce que je comprends on a un personnage féminin qui a une initiation proprement sexuelle, sous la forme presque d'un viol j'ai l'impression, qui finit par reproduire le comportement de son agresseur, parce qu'il la fascine en quelque sorte - et elle a un petit côté mante religieuse si je puis dire en faisant cela, puisqu'elle-même détruit ses proies. Je me demande ce que c'est comme jeu - j'imagine quelque chose d'assez malsain, peut-être que je me trompe.

La fin surtout me laisse perplexe... Je pense qu'il s'agirait d'une mort ("From here there is nothing, just as it was before", je le traduirais par "A partir de là/maintenant il n'y a plus rien, comme c'était le cas avant/auparavant") qui au final diffère peu de la vie... Mais vraiment je pense qu'il me faudrait regarder le texte dans son ensemble pour en tirer un sens.

Un petit topo sur ce jeu pour éclairer ma lanterne, Mustache ?


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo