• Favoris

    0
  • Vues

    999
Cocobobs

Cocobobs
Écrivaillon

Classé dans Nouvelle
Voir plus de textes de Cocobobs

Date de création :
le 2 octobre 2013, à 16:13

Dernière validation :
le 3 octobre 2013, à 21:11

Tendre bonheur

Quelque part dans le sud de la France, il y avait une petite maison banale mais plutôt jolie. Les volets, qui ressortaient plus que le reste, étaient de couleur vert clair; un vert aussi pur que l'émeraude. Cette maisonette était en pierres apparantes ce qui la rendait fort charmante. Si on s'approchait pour voir de plus près on pouvait remarquer que l'encadrement des fenêtres et de la porte était en bois de connifères. Cette bicoque et son jardirnet étaient entourés par une petite cloture en bois, peinte en blanche. Quand on rentrait dans ce jardin, on pouvait voir, dans un coin, un potager bien entretenu oú poussaient divers fruits et légumes. Un peu plus au fond était situé un vieux saule pleureur, ses branches tombantes cachaient un endroit de jeux : une balançoire et une cabane blottis dans les branches de cet arbre vénérable. Cachés dans cette cabanette, deux enfants riaient. Le premier, et surement le plus agé, avait des cheveux chatains clairs et tout bouclés, avec de grands yeux verts en amande. Le deuxième, plus jeune, était une fillette avec de longs cheveux raides et bruns, ses yeux couleurs noisette étaient soulignés par de longs cils. Ces deux bambins étaient surement frères et soeurs : avec le même nez et la même forme de visage, personne ne pouvait s'y tromper. Au loin une douce voix d'homme retentit : "Oú êtes-vous les enfants ?". Les concernés répondirent en coeur : "Dans la cabane, Papa !". Le père, maintenant rassuré, pris sa femme dans ses bras protecteurs. Lui, plutôt grand et musclé, ses boucles brunes secouées par la douce brise du vent d'Est, la regardait avec un regard d'une tendresse inouïe. Elle, plutôt petite et rondouillette, se blotti contre lui. Il sentit ses longs cheveux chatains lui chatouiller le menton. Il prit délicatement cette mèche et la disposa tranquillement là où elle ne pourrait embêter personne. La fille laissa faire le garçon car elle portait une immense confiance en lui. Derrière ce couple parfait et heureux, on voyait la baie vitrée, donnant sur le jardin, qui était ouverte. Elle donnait sur un grand salon confortable et illuminé. Disposés un peu partout dans la pièce, des cadres photos. Le plus ancien d'entre eux comportait une photo où se tenaient par la taille un jeune homme et une adolescente. C'était notre couple, lors d'un de leur premier rendez vous. Ils n'avaient pas perdu ce regard si particulier avec lequel ils se regardaient

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo