• Favoris

    0
  • Vues

    1832
Khamaz

Khamaz
Écrivaillon

Classé dans Nouvelle
Voir plus de textes de Khamaz

Date de création :
le 29 juillet 2013, à 23:32

Dernière validation :
le 30 juillet 2013, à 13:07

Paresse sous un Arbre ? ( Inspiré pour le texte, pas pour le titre. )

Notre protagoniste s'allongea dans l'herbe verte, au sommet d'une colline, au pied du pommier, lieu classique, cliché et agréable pourtant. Ici, nul pomme de Newton, à moins que c'était celle qui finit dans sa bouche. Il goûta par ailleurs la caresse de la brise du vent.. Ah.. Si c'était ça qu'on ressentait quand une fille nous caresse la joue, il avait des regrets, endroit parfait pour une bonne compagnie, mais personne pour lui caresser quoi que ce soit ici.
Au moins la pomme était bien juteuse, rouge comme celle de Blanche-Neige mais parfaitement comestible, la seul torpeur qui s'empara de lui fût celle de la paresse. Sous l'ombre de l'arbre il pût esquiver la chaleur du Soleil sans pour autant se protéger du plaisir d'admirer les nuages et de laisser travailler son imagination pour les décrypter, ainsi il dénombra trois vases, un dragon, un point d'interrogation, deux super-héros, trois nuages difformes, une tour " maléfique " et deux château. Ha, et un frisbee aussi. Ne me demandez pas comment il a réussi à y voir un frisbee alors que ce n'est qu'un cercle.
Au loin c'était la ville, c'était là d'où il venait. Mais on ne s'y intéressera pas, c'est pas intéressant. Passons plutôt vers la machine à fabriquer des nuages située non loin d'ici. Oui, je vous assure, ce machin fabrique des nuages et ensuite les envoie dans le ciel, sûrement pour aider les paysans, il fait chaud au printemps et les plantes ont besoin d'eau. Même si certaines mauvaises langues appelle ça des " Usine Thermonuéclaire ". Un nom moche et compliqué.
Il y avait aussi une rivière en contrebas. Il aimait s'y baigner. Mais en ce moment il n'y allait pas, le tourisme marchait bien dans le coin et il aspirait à la tranquillité. Un miracle que personne n'eut l'idée d'aller pique-niquer sur ce sommet de colline. Il s'en réjouit et entrepris de décortiquer les fleurs et autres végétaux à sa portée. Il joua à " Elle m'aime, un peu, beaucoup.. " avec une fleur, il tomba sur " A la folie. " C'était bien, elle l'aimait à la folie, il ne savait pas qui c'était, mais rien de savoir que quelqu'un l'aimait à la folie le rendit fier de lui-même. Il espérait juste que c'était une jolie fille et qu'il n'était pas question de sa mère. Il tira une grimace à cette idée.
Jetant son trognon de pomme à la merci de la décomposition naturelle et de l'écologie et entreprît une sieste. On en arrive au point mort où il ne pense plus beaucoup, et donc par conséquent à la fin de cette histoire.

La seule chose que je peux vous dire c'est qu'il rêva d'une Ville dans les air soutenu par une machine à fabriquer des nuages, il incarna un dragon, et au sommet de sa tour maléfique rempli de pommes il combattit le duo de super-héros envoyés depuis les châteaux des deux royaumes voisin, heureusement les points d'interrogations n'étaient pas des armes très efficace, mais les machins difformes sortant de ces trois vases était assez puant pour l'ébranler. Mais ce fût le Frisbee qui le vainquit. Il fut ensuite décortiqué sauvagement comme un amoureux voulant lire sa relation dans une fleur.

Un affreux cauchemar à l'origine d'un tout nouveau traumatisme par rapport aux frisbees sur ce jeune homme.

Commentaires
1078

Khamaz, le 10 août 2013, à 12:30 :

Merci pour les retour, j'ai corrigé les fautes que vous m'avez signalé plus deux-trois autres repérées au passage. Ce genre de problème vient généralement du fait que je me relis très peu.

Et le traumatisme des frisbees n'appartient qu'au personnage de l'histoire, je suis sain d'esprit moi, même si la dernière phrase pouvait prêter à confusion. ( Comme ta phrase peut-être qui ne me désigne pas ? )

En tout cas merci pour les commentaires, ça fait plaisir. :)

1076

Alizée, le 9 août 2013, à 09:04 :

Un texte tranquille, comme le titre l'indique. Tu écris bien, mais dommage que tu changes parfois de style. Au début, tu sembles écrire "correctement", je veux dire par là que tu mets les "ne" aux expression ("on ne s'en occupera pas"), puis tu passes dans un style d'écriture un peu moins "correct" ("on s'en occupera pas, c'est pas intéressant"). Sinon, le texte est sympa.

PS : petite faute d'ortho' : "C'était bien, elle l'aimait à la folie, il ne savait pas qui c'était, mais rien de savoir que quelqu'un l'aimait à la folie le rendît fière de lui-même" -> "le rendit fier de lui", non ? "Fier" vu que c'est un homme.

1074

Mustache, le 5 août 2013, à 21:38 :

On te pardonne l'affront du pommier ;)
Sympa comme texte, surtout avec les quelques zeugmas qui traînent : j'apprécie :D.
Cependant attention aux coquilles qui traînent elles aussi !
Ça va mieux, le traumatisme par rapport aux Frisbees ?


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo