• Favoris

    1
  • Vues

    1031
aurélie

aurélie
Écrivaillon

Classé dans Poésie
Voir plus de textes de aurélie

Date de création :
le 29 mai 2013, à 23:15

Dernière validation :
le 30 mai 2013, à 04:11

jamais 2 sans toi

Dis-moi-toi qui es tranquillement installé
Toi qui ne m’as jamais aimé
Toi qui surement regarde ta putain de télé
Toi qui avec moi n’a jamais rêvé
Toi qui arrose tes plantes si adorées, adulées
Que tu m’oubliais en les fumant a longueur de journée
Toi a qui je n’ai jamais manqué
Ecoute ce que j’ai à te dire, a te confier
Approche ton oreille, que je te crie haut et fort ces vérités
Ne t’éloigne pas, toi qui es si lâche, pour une fois reste-la
Entend mon désarroi, respecte au moins ça
Toi qui n’en a pas eu beaucoup pour moi
Mon cœur est fermé depuis presque 6 mois
Mais…
Est-ce qu’il y a quec’chose qui sort
Des mots, du cœur, des envies de mise à mort ?
De la rancœur, de la rancune, à cran je le suis
Je le vis, je suis au bout du rang
Depuis des mois déjà j’attends
Impatiemment tout ça me coute,
Plus patiente pour un sou, je doute
Mais coute que coute
Je craque, la route se fissure sous mes pieds
Je voudrais fuir, filer, mettre des œillères
Mais cette fois je ne pourrais faire demi-tour,
Je ne pourrai que contempler ce douloureux hier,
Accueillir cette douleur, maintenant, et sans détour
La prendre par la main, ne plus lui dire non,
En vouloir encore à l’autre con
Pour ce conte de fées vite essoufflé
Je voudrais crier cette rage, balancer ces phrases
Rejeter toute cette crasse, craquer
Le violenter comme cette première nuit de janvier
Ou ses mots m’ont assassiné
Délier cette langue que j’ai trop bafouée
Dénouer ces maux que j’ai trop gardés
Balancer des insanités, T’insulter, te faire pleurer
Sortir toute cette merde
Comme un plombier d’un évier
Je ne crois plus, je ne vois plus,
Mon intuition m’a perdu, t’as vu
Je suis paumée, t’as réussi ton coup
Je t’ai aimée, trop beaucoup
Trop d’incohérences, de puissance,
De jouissance,
Et D’absence…
Aujourd’hui je suis seule de nouveau
Je ne lâche pas le flambeau
Je suis devenue méfiante et surement moins
Virtualosexoaccro
Je veux plus dépendre ni de toi, ni de toi, ni même de toi
Je me réveille et pense enfin à moi
Allez connard trace ta route loin de la mienne
J’ai compris, et qu’à cela ne tienne
Tu es bien seul et je ne serai jamais ta chienne…

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo