• Favoris

    0
  • Vues

    1090
Crycry-xx

Crycry-xx
Écrivaillon

Classé dans Véridique
Voir plus de textes de Crycry-xx

Date de création :
le 23 décembre 2012, à 21:14

Dernière validation :
le 24 décembre 2012, à 17:47

Femme amoureuse, amour défectueux.

* Ouvrir internet (CLIC)

Hotmail (CLIC)

Envoyer un nouveau message (CLIC) *

Titre : Salut ! Je voulais voir comment tu allais, et si tu avais déjà compris le mal que tu m'as fait.

C'était à notre première journée d'école, en 2010. Arrivée à mon premier cours et je t'avais déjà remarquée. Je ne te connaissais pas, mais j'en mourrais d'envie. Et c'est là que j'ai appris ton nom, que je suis tombée amoureuse de ta voix. Quelque mois plus tard, nous étions devenus ami. J'apprenais à te connaître, tes qualités, tes défauts, tes faiblesses. Et j'ai aussi appris à t'aimer. J'avais peur que tu ne m'aimes pas, je n'avais pas beaucoup de confiance en moi. Mais ces arrivées. Nous sommes devenus un couple. J'étais heureuse, je faisais tout pour toi. Ton sourire, ton visage, ton rire, tes yeux, ta voix, ton odeur... Tout restais ancrée en moi. Je ne veux pas avoir l'air d'une folle, mais c'était comme ça. Tu as changé ma façon de voir le monde, tu m'as fait devenir quelqu'un de mieux. Et l'été est arrivé, mais tu ne pouvais venir me voir, j'étais triste. Mais je me disais que tu étais encore avec moi, dans mon cœur. Je restais sur mon ordinateur, à regarder si tu était là, pour te parler. C'était rare, mais quelquefois, oui. Mais je crois bien que ton amour pour moi n'était pas aussi fort que ce que moi je ressentais pour toi. Ce que je redoutais le plus est arrivé, tu avais rompu avec moi. Je ne comprenais pas pourquoi tu m'avais laissé.

J'avais essayé de faire comme si de rien n'était. Comme si j'allais bien. Ils ne me voyaient pas pleurée et ils ne me parlaient pas de toi. Même que j'avais presque réussi à t'oublier. Tu hantais mes rêves, mais rien de plus. Tu étais un souvenir, de la nostalgie pour moi, comme si tu étais quelqu'un créé à partir de mon imagination, rien de moins. Et je m'en étais presque convaincu, à ne plus avoir de nouvelle de toi. Mais un jour ou l'autre, ce jour serait arrivé, pas vrai ? Le jour que j'allais te revoir... Le jour de la rentrée scolaire. Nous nous sommes parlé, comme des amis, malheureusement. En te revoyant, un frisson m'avait parcouru, je venais de me rendre compte que tout était réelle, mon chagrin aussi et qu'il étais toujours présent.


Au début, j'ai fait semblant de ne plus t'aimer. Mais, finalement je ne pouvais plus jouer à ce petit jeu. Et nous sommes revenus ensemble. Oui, ça la peut-être été un peu long tout ça, mais c'est arrivé. Tu avais recommencé à m'aimer, enfin, c'est ce que je croyais. Tu te jouais de moi, tu te servais de moi. Tu me l'appris que quatre mois plus tard, d'un simple clic sur facebook disant " célibataire ". Ça ma fait mal, je ne croyais plus pouvoir aimer, après avoir été avec quelqu'un comme toi. Finalement, j'ai trouvé le gars qu'il me faut, un qui ne se joue pas de moi, celui qui m'aime réellement.

Je ressentais le besoin de t'écrire tout cela simplement pour te démontrer le calvaire que j'ai pu vivre avec toi. Un calvaire qui a duré plus de un ans...

Merci de m'avoir démontrée à quel point un garçon, peut importe sont âge, peut toujours être aussi gamin. De m'avoir montré que je dois m'accrocher aux gens que j"aime et qui me respecte.

Fin

Commentaires

Aucun commentaire.


X
Connexion

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

J'ai perdu mon mot de passe
Inscription à Factus Scribo